Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(4e LD) Sommet Kim-Trump : les sanctions ont été un «dealbreaker»

Actualités 28.02.2019 à 21h42
Le président américain Donald Trump donne une conférence de presse à l'hôtel JW Marriott à Hanoï, au Vietnam, pour présenter les résultats du sommet avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, le jeudi 28 février 2019. Aucun accord n'a été conclu par les deux leaders. (Yonhap)

HANOI, 28 fév. (Yonhap) -- Le président américain Donald Trump a déclaré aujourd'hui n'avoir pas réussi à parvenir à un accord avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, ce dernier exigeant la levée de toutes les sanctions imposées à Pyongyang sans donner suffisamment de mesures de dénucléarisation.

«Au fond, ils voulaient que les sanctions soient levées dans leur intégralité, mais nous ne pouvions pas le faire», a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à l'issue du sommet à Hanoï.

«Ils étaient prêts à dénucléariser une grande partie des zones que nous voulions mais nous ne pouvions pas lever toutes les sanctions pour eux.»

Trump a déclaré qu'il devait «quitter» la discussion sans aucun accord, estimant qu'il n'était pas approprié de signer un document.

«Je veux vraiment supprimer les sanctions parce que je veux que ce pays grandisse», a déclaré Trump. «Mais ils doivent céder plus.» Pour lui, les sanctions ont été un «dealbreaker».

Il a cependant ajouté que le sommet ne s'était pas conclu sans progrès, citant la promesse de Kim de continuer à suspendre les essais nucléaires et balistiques.

Le président américain a ajouté que sa relation avec Kim était toujours «forte» et qu'il pense que la différence d'opinions entre les deux pays sera résolue «à un certain moment».

«Mais il y a une différence (d'opinions). Il faut que des sanctions soient en place et il veut dénucléariser mais il veut le faire uniquement dans des zones qui sont moins importantes que celles que nous voulons», a dit Trump.

Le principal site nucléaire de la Corée du Nord à Yongbyon était sur la table, a dit Trump, et Kim était disposé à le démanteler en échange de la levée des sanctions.

«Nous devons obtenir plus» que son démantèlement car la Corée du Nord possède d'autres installations nucléaires et de missiles connues des Etats-Unis, a-t-il ajouté, et un «projet d'enrichissement de l'uranium» qui n'a pas été rapporté dans la presse. «Je pense qu'ils ont été surpris de voir que nous le savons», a dit Trump.

Si la Corée du Nord consent, les Etats-Unis pourront mener «facilement» des inspections sur tous les sites nucléaires et de missiles de la Corée du Nord, a-t-il ajouté.

Il a ajouté que les papiers étaient prêts à être signés mais que «cela n'était tout simplement pas approprié».

«Je voulais le faire convenablement. Je préfère grandement le faire bien que le faire vite», a dit Trump.

A la question de savoir s'il avait convenu avec Kim d'un troisième sommet, Trump a répondu «non, nous ne l'avons pas fait...nous verrons si cela arrive.»

Il a fait aussi part de son plan d'appeler le président Moon Jae-in un peu plus tard pour parler des résultats du sommet et a dit qu'il aimait le président sud-coréen qui travaille très dur sur le sujet nord-coréen.

Trump a parlé de «quelques options» qui ont été évoquées au cours des discussions, sans donner davantage de précisions.

S'exprimant aux côtés de Trump, le secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo, a déclaré que les Etats-Unis souhaitaient que le Nord en fasse plus, mais que le régime n'était pas prêt pour cela.

Il y avait des problèmes de «timing et de séquence» en ce qui concerne qui ferait le premier pas dans la dénucléarisation et les mesures réciproques, selon Pompeo.

«Mais sachez que cette installation, l'installation de Yongbyon dans son ensemble, qui est importante à n'en pas douter, laisse toujours irrésolue la question des missiles, des têtes nucléaires et des systèmes d'armement, il y a donc eu de nombreux éléments que nous n'avons pas pu aborder», a expliqué Pompeo.

Lorsque la réunion a été interrompue, sans le déjeuner ni la cérémonie de signature prévus, Trump a déclaré que l'atmosphère a été «très bonne» et «très amicale».

A la question de savoir s'il a évoqué le décès d'Otto Warmbier en 2017, un étudiant américain détenu en Corée du Nord et revenu dans le coma pour mourir quelques jours plus tard, Trump a indiqué que l'affaire a été abordée.

Kim s'est «senti très mal» à propos de l'incident, a affirmé Trump, ajoutant qu'il ne pensait pas que le dirigeant nord-coréen avait été tenu au courant de l'état de Warmbier ou aurait permis à la tragédie de se produire. Il a également critiqué les conditions de détention au Nord.

Rappelant sa décision de suspendre les exercices militaires Corée du Sud-Etats-Unis après son premier sommet avec Kim en juin de l'année dernière, Trump a déclaré qu'il pensait toujours que ces manœuvres coûtaient cher et que Séoul devrait aider à en assumer les coûts.

Il n'a pas précisé s'il prendrait des mesures supplémentaires à propos de ces exercices.

Trump a répondu aux questions d'un grand groupe de journalistes avant de rentrer à Washington plus tard dans la journée.

lp@yna.co.kr

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page