Go to Contents Go to Navigation

Un officier de police mis en examen pour son implication présumée dans une affaire de Burning Sun

Actualités 17.03.2019 à 14h06
Un officier de police mis en examen pour son implication présumée dans une affaire de Burning Sun - 1

SEOUL, 17 mars (Yonhap) -- Un officier du commissariat de police de Gangnam à Séoul a été mis en examen pour son implication présumée dans un scandale sexuel et de corruption centré sur Seungri, membre du groupe de K-pop BIGBANG, a fait savoir ce dimanche la police.

Il est le premier officier de police en exercice à avoir été mis en accusation dans le cadre du scandale faisant l'objet d'une enquête policière grandissante.

Le commissariat de police de Gangnam couvre le quartier où se trouve la boîte de nuit Burning Sun, partiellement gérée par Seungri. L'officier est accusé de manquement au devoir.

En effet, un mineur a été autorisé à y entrer et y a bu de l'alcool en juillet l'année dernière.

L'officier, qui était en charge de cette affaire, a toutefois abandonné l'affaire, citant un manque de preuves, avant de transférer la décision au Parquet.

L'Agence de la police de Séoul (SMPA) enquêtant sur le scandale de «Burning Sun» a accusé l'officier de manquement au devoir après avoir jugé que l'affaire n'avait pas suivi le processus d'enquête policière normal.

Cela dit, la police n'a encore découvert aucune transaction financière entre les deux parties.

Elle projette de se pencher davantage sur la question pour savoir si un ancien officier de police, connu seulement par son nom de famille Kang, a joué un rôle dans l'éventuelle collusion entre des agents de police et Burning Sun.

Un copropriétaire de la boîte de nuit a reconnu avoir versé des pots-de-vin de 20 millions de wons (17.598 dollars) à Kang, ancien officier du commissariat de police de Gangnam qui a été placé en détention provisoire après avoir été accusé d'avoir usé de son influence et joué un rôle d'intermédiaire.

Seungri a quitté son groupe la semaine dernière alors qu'il fait face à des allégations selon lesquelles il aurait fourni des services sexuels à des investisseurs potentiels. Il était directeur des relations publiques de Burning Sun.

Le scandale est en train de s'élargir vers une éventuelle collusion entre Burning Sun et des agents de police qui auraient fermé les yeux sur des crimes qui auraient été commis par des célébrités dans des boîtes de nuit en contrepartie de versements d'argent.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page