Go to Contents Go to Navigation

Un tribunal examine la demande de mandat d'arrêt à l'encontre d'une ancienne ministre

National 25.03.2019 à 14h54

SEOUL, 25 mars (Yonhap) -- Un tribunal de Séoul a tenu une audience aujourd'hui pour décider de la délivrance d'un mandat d'arrêt à l'encontre d'une ancienne ministre de l'Environnement soupçonnée d'avoir abusé de son pouvoir en forçant des personnes jugées critiques à l'égard de l'administration en place à démissionner de postes gouvernementaux.

Kim Eun-kyung, qui a dirigé le ministère de l'Environnement de 2017 à 2018, est accusée d'avoir fait pression sur plusieurs responsables d'institutions publiques affiliées au ministère pour qu'ils démissionnent et défavorisé l'un d'entre eux pour ne pas s'être conformé à une demande.

Elle a comparu devant la Cour du district Est de Séoul à l'audience de 10h30.

«Je ferai de mon mieux pour m'expliquer devant le tribunal et j'attendrai la décision du juge», a-t-elle déclaré à la presse, refusant de répondre aux questions.

Si le tribunal délivre le mandat, Kim sera le premier ancien membre du gouvernement Moon Jae-in à être jugé pour des accusations criminelles.

L'ancienne ministre est accusée d'avoir cherché à remplacer des personnes nommées sous l'ancien gouvernement conservateur par d'autres de son choix sans passer par un processus de sélection en bonne et due forme.

Kim aurait également ordonné une inspection sur un responsable qui avait refusé de quitter son emploi à Korea Environment Corp.

L'ancienne ministre a subi un interrogatoire à huis clos au sujet de ces allégations qu'elle a catégoriquement démenties.

L'enquête sur Kim a débuté après qu'une plainte a été déposée par le principal parti d'opposition, le Parti Liberté Corée (PLC), l'ancienne formation au pouvoir.

L'ex-ministre de l'Environnement Kim Eun-kyung.

lp@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page