Go to Contents Go to Navigation

Cérémonie de commémoration des victimes de l'incident du 3-Avril

Actualités 03.04.2019 à 16h48
Parc de la paix du 3-Avril à Jeju.
Le Premier ministre Lee Nak-yon prononce un discours le 3 avril 2019 lors d'une cérémonie commémorative en mémoire des victimes de l'incident du 3-Avril à Jeju.

JEJU/SEOUL, 03 avr. (Yonhap) -- Une cérémonie commémorative nationale a eu lieu ce mercredi sur l'île de Jeju à la mémoire des victimes d'un affrontement idéologique sanglant qui a eu lieu entre autorités et civils à la fin des années 40.

Plus de 10.000 personnes, dont des officiels du gouvernement, députés et membres de familles des victimes, ainsi que des survivants, se sont rassemblées au parc de la paix du 3-Avril à Jeju à l'occasion du 71e anniversaire de cette effusion de sang, l'une des conséquences de la division idéologique de la Corée après sa libération de la colonisation japonaise.

Cette émeute, qui a été déclenchée en 1948 par une répression brutale contre des habitants accusés d'être des sympathisants communistes par le gouvernement Rhee Syng-man de l'époque, s'est terminée six ans plus tard avec un bilan de 25.000-30.000 morts parmi les civils, soit 10% de la population de Jeju.

La cérémonie de ce mercredi était la deuxième du genre à avoir été organisée par l'actuel gouvernement progressiste Moon Jae-in. Le président avait assisté l'année dernière à la précédente. C'était la première fois en 12 ans qu'un chef de l'Etat en exercice prenait part à un tel événement.

Lors de la cérémonie de cette année, le Premier ministre Lee Nak-yon a rendu hommage aux victimes dans son discours de commémoration.

«Je suis ici pour présenter mes plus profondes condoléances aux survivants et victimes décédées, ainsi qu'à leur famille, et pour prier pour le repos des victimes alors que nous commémorons le 71e anniversaire de l'incident de Jeju, l'un des plus atroces de notre histoire moderne», a-t-il souligné.

En notant la déformation des faits historiques par les gouvernements autoritaires du passé et la dissimulation de la vérité sur le carnage de civils, Lee a promis à nouveau de déployer tous les efforts pour jeter les bases juridiques pour des indemnisations de l'Etat.

«Nous continuerons à travailler jusqu'à ce que nous établissions la vérité ensemble, rétablissions votre honneur et entendions que chacun de vous à Jeju nous disent que "c'est bon maintenant".»

Le ministère de la Défense a publié un communiqué avant la cérémonie dans lequel il a présenté des condoléance aux habitants de Jeju qui ont été sacrifiés.

Le chef de l'Agence nationale de la police coréenne (KNPA), Min Gab-ryong, qui a présidé une cérémonie similaire à Séoul, a aussi exprimé des regrets sur le décès des personnes innocentes et des excuses pour les fausses accusations dont elles ont été victimes par le passé.

La majorité des victimes affirment avoir été arrêtées de façon arbitraire, interrogées et torturées par la police militaire avant d'être contraintes à signer une fausse déclaration confessant des crimes.

L'incident a laissé des blessures profondes sur les victimes et leur famille. Nombre de leurs enfants ont subi des discriminations lors de la recherche d'emploi à cause de la condamnation de leurs parents.

Moon a présenté des excuses aux victimes l'année dernière en promettant de leur fournir un soutien total et de rechercher les restes des personnes encore portées disparues.

La révision de la loi destinée à aider à réhabiliter les victimes et à fournir des indemnisations de l'Etat est toujours en suspens à l'Assemblée nationale.

La Cour du district de Jeju a rendu un verdict important le mois dernier qui a infirmé les condamnations contre 18 survivants de l'incident en déclarant qu'ils ont été accusés à tort sans procès en bonne et due forme ou preuve.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page