Go to Contents Go to Navigation

Un pétrolier sud-coréen aurait transbordé du gazole vers la Corée du Nord en 2017

Actualités 03.04.2019 à 17h13
Un pétrolier sud-coréen, actuellement détenu dans un port de Busan.

BUSAN, 03 avr. (Yonhap) -- Un pétrolier sud-coréen, actuellement détenu dans un port de Busan depuis octobre de l'année dernière pour avoir prétendument transgressé les sanctions du Conseil de sécurité des Nations unies contre la Corée du Nord, a transbordé près de 4.320 tonnes de gazole vers le Nord en 2017, a-t-il été indiqué ce mercredi.

Selon les Gardes-côtes coréens (KCG), le navire de 5.160 tonnes, enregistré à l'île de Jeju et identifié seulement par son initial «P», a transmis illégalement du gazole dans les eaux internationales afin de contourner le système de traçabilité des autorités et falsifié des rapports d'entrée et de départ.

Les KCG ont envoyé l'affaire impliquant le capitaine du navire et son opérateur, connu seulement par son initial «R», devant les procureurs en vue d'inculpations pour non-respect de la loi relative aux échanges et à la coopération et de celle concernant les arrivées et les départs des navires.

La navire P est soupçonné d'avoir transmis 1.820 tonnes de diesel au pétrolier nord-coréen Kumunsan et 2.500 tonnes au navire nord-coréen Ryuson entre les 10 et 24 septembre 2017. Le montant total de gazole transféré via le pétrolier P vers ces navires nord-coréens serait donc de 4.320 tonnes.

Quant à l'opérateur R, il est accusé d'avoir échoué à faire des efforts et à mener une formation afin de prévenir les transferts de gazole à des navires nord-coréens.

La résolution 2397 du Conseil de sécurité des Nations unies demande aux pays membres de retenir et rechercher les navires soupçonnés d'être impliqués dans des activités illicites dans le cadre des sanctions imposées contre la Corée du Nord.

Les autorités sud-coréennes ont immobilisé le pétrolier P dans le port de Yeosu, dans la province du Jeolla du Sud, en septembre dernier, avant qu'il ne soit relocalisé à Busan un mois plus tard pour des réparations.

Il s'agit du premier navire sud-coréen à être bloqué pour violation des sanctions imposés par l'ONU contre la Corée du Nord.

Outre le pétrolier P, le gouvernement sud-coréen détient actuellement trois navires étrangers accusés d'être impliqués dans des transferts de pétrole et charbon vers des bateaux nord-coréens.

Transfert de gazole entre navires. ⓒ Capture d'écran du département d'Etat des Etats-Unis

eloise@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page