Go to Contents Go to Navigation

Elections partielles : victoire de partis d'opposition dans le Gyeongsang du Sud

Actualités 04.04.2019 à 11h05
Le Parti de la justice célèbre sa victoire aux élections partielles, le mercredi 3 avril 2019.
Le Parti Liberté Corée célèbre sa victoire aux élections partielles organisées le mercredi 3 avril 2019.

SEOUL, 04 avr. (Yonhap) -- Le Parti Liberté Corée (PLC), principal parti d'opposition, et le Parti de la justice (PJ), formation progressiste, ont remporté chacun un siège au Parlement lors d'élections partielles organisées mercredi, ce qui pourrait être un baromètre de l'opinion publique avant les élections législatives prévues en avril 2020.

Ces élections ont été organisées pour choisir deux députés et trois conseillers locaux dans trois provinces, y compris celle du Gyeongsang du Sud.

Elles ont été une bataille entre progressistes et conservateurs qui cherchent à prendre l'initiative avant les élections législatives de l'année prochaine.

L'attention s'est essentiellement portée sur les deux sièges parlementaires qui étaient en jeu dans la province du Gyeongsang du Sud, à la ville industrielle de Changwon, située à 400 km au sud-est de Séoul, et à Tongyeong-Goseong, à 450 km au sud-est de la capitale.

Yeo Young-guk du PJ a gagné à Changwon avec un petit écart après que son parti et le PD se sont unifiés la semaine dernière pour recueillir un maximum de voix des progressistes.

Yeo a recueilli 47,75% des voix, contre 45,21% pour son principal rival, Kang Ki-youn du PLC. Le nombre de sièges à l'Assemblée nationale du PJ augmentera ainsi à six.

Jeong Jeom-sig du PLC a été également élu député avec 59,49% des voix à Tongyeong-Goseong. Le parti conservateur comptera donc 114 représentants au Parlement.

Les hommes politiques progressistes ont reçu un fort soutien à Changwon, comme les candidats de leur camp ont été élus trois fois sur quatre à des élections législatives depuis 2004, tandis que leurs rivaux conservateurs ont maintenu leur force à Tongyeong, sur la côte sud-est.

A ces élections partielles, le PD n'a pas réussi à gagner de siège supplémentaire en plus des 128 sièges qu'il possède actuellement au Parlement.

Cependant, il pourrait obtenir le soutien du PJ pour faire adopter une série de projets de loi en vue de réformes lors de la troisième année du mandat présidentiel de Moon.

«En acceptant les sentiments des électeurs, nous allons faire des efforts pour stabiliser la vie du peuple et dynamiser l'économie», a dit le chef du PD, Lee Hae-chan. «Il s'agit d'une victoire conjointe pour le PD et le PJ.»

Le PD avait remporté une victoire écrasante lors des élections locales du mois de juin de l'année dernière, réconforté par le fort soutien pour Moon et sa volonté de paix avec la Corée du Nord.

Cependant, le taux de soutien public pour le président et le PD est en baisse à cause du ralentissement économique et de l'impasse dans les négociations nucléaires entre Pyongyang et Washington.

Avant les élections législatives de l'année prochaine, le parti au pouvoir a pu mesurer le sentiment des électeurs dans la province qui est le centre manufacturier pour la construction automobile et navale, résistant au ralentissement économique.

Mais le PD n'a pas réussi à gagner dans cette région où il avait connu une grande victoire un an plus tôt. La région constitue l'électorat clé pour les conservateurs.

Certains analystes politiques ont dit que le PD a échoué contre le PLC car il n'a gagné aucune victoire pour cinq postes dont trois de conseiller local.

Pour le PLC, les élections étaient largement considérées comme un test du leadership de son nouveau chef, Hwang Kyo-ahn.

Le parti conservateur a saisi les élections comme une opportunité de renforcer son statut de principal parti d'opposition en mesure d'empêcher les projets du PD.

«Le peuple a donné un jugement strict contre le gouvernement de Moon», a dit Hwang.

«Nous pensons que le peuple nous a donné la mission de raviver leur vie quotidienne et de dynamiser l'économie», a-t-il poursuivi en promettant de déployer des efforts pour enrayer ce qu'il appelle la tyrannie du gouvernement.

Le parti conservateur avait subi un terrible échec lors des dernières élections locales comme il était toujours sous l'influence de l'immense scandale autour de l'ancienne présidente Park Geun-hye.

Néanmoins, le taux de soutien au PLC a récemment rebondi à 30% pour la première fois depuis l'éclatement de l'affaire Park à la fin de l'année 2016.

eloise@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page