Go to Contents Go to Navigation

(2e LD) Le dirigeant nord-coréen réelu président de la Commission des affaires de l'Etat

Corée du Nord 12.04.2019 à 17h13
Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un parle lors d'une séance plénière du Comité central du Parti du Travail le 10 avril 2019. (Utilisation en Corée du Sud uniquement et redistribution interdite) (Yonhap)

SEOUL, 12 avr. (Yonhap) -- Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a été réélu président de la Commission des affaires de l'Etat, le plus haut organe de décision du pays communiste, lors de la première réunion de la 14e Assemblée populaire suprême (APS), a rapporté ce vendredi l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA).

Le Premier ministre Pak Pong-ju a été remplacé par Kim Jae-ryong, haut officiel du Parti du travail du Nord, selon l'agence.

«L'élection du dirigeant suprême en tant que président de la Commission des affaires de l'Etat de la RPDC (République populaire démocratique de Corée) est le plus grand événement politique, d'une importance historique cruciale», a déclaré la KCNA.

Kim avait accédé à ce poste de numéro un en juin 2016, quand la commission a été créée à travers une révision de la Constitution. Même si cela ne fait que trois ans depuis son élection, son nouveau mandat de cinq ans doit techniquement commencer avec le lancement du nouveau Parlement.

L'assemblée de jeudi avait attiré une attention particulière pour les éventuelles annonces de nominations aux plus hauts rangs de l'Etat.

Lors de la réunion, le chef d'Etat protocolaire de la Corée du Nord Kim Yong-nam a été remplacé par Choe Ryong-hae, vice-président de la Commission des affaires de l'Etat, selon l'agence.

Le négociateur nucléaire en chef Kim Yong-chol et d'autres officiels qui ont été impliqués dans le deuxième sommet de février avec les Etats-Unis, dont le chef de la diplomatie nord-coréenne Ri Yong-ho et la vice-ministre des Affaires étrangères Choe Son-hui, ont été élus membres de la Commission des affaires de l'Etat.

La vice-ministre des Affaires étrangères Choe Son-hui a remplacé Kim Kye-gwan au poste de premier vice-ministre des Affaires étrangères, a indiqué le journal officiel nord-coréen, le Rodong Sinmun. Elle a aussi été élue comme membre de la Commission des affaires de l'Etat et de la commission des affaires étrangères de l'Assemblée populaire suprême.

Le sommet de Hanoï a été infructueux comme le dirigeant nord-coréen et le président américain Donald Trump ne sont pas parvenus à trouver un terrain d'entente sur la manière de concilier les mesures de dénucléarisation de Pyongyang et l'allègement des sanctions de la part des Etats-Unis.

Pyongyang voulait une importante levée de sanctions en échange du démantèlement du complexe nucléaire de Yongbyon. Washington a toutefois insisté sur ce que ses officiels ont décrit comme un «grand accord» appelant à échanger un allègement des sanctions contre le démantèlement des programmes nucléaire et d'autres armes du Nord.

Au cours de grandes réunions du Parti qui se sont tenues à l'approche de la première réunion du nouveau Parlement, Kim avait souligné à plusieurs reprises l'importance de rétablir l'économie nationale par ses propres moyens et exhorté son peuple à mettre en œuvre la ligne stratégique de développement économique du Parti.

Il a évoqué son deuxième sommet avec Trump à la fin février mais s'est abstenu de critiquer directement Washington.

La réunion parlementaire de ce jeudi a coïncidé avec le sommet entre le président Moon Jae-in et son homologue américain Donald Trump à Washington.

Les deux derniers se sont accordés sur la nécessité de maintenir l'élan de dialogue avec Pyongyang pour résoudre pacifiquement la question nucléaire et Moon a fait part de son souhait de tenir un quatrième sommet avec Kim.

Trump a toutefois réaffirmé sa position de maintenir les sanctions contre Pyongyang pour amener ce dernier à renoncer à son programme d'armes nucléaires.

La réunion parlementaire a également abordé les questions budgétaires du régime communiste.

Selon la KCNA, le Nord a attribué 47,8% des dépenses totales de cette année aux projets de construction économique. Le montant représentera une augmentation de 5,4% par rapport à l'année dernière.

En particulier, ses investissements dans les sciences et technologies connaîtront une augmentation de 8,7% sur un an.

Le Nord a prévu que ses revenus croîtraient cette année de 3,7% par rapport à l'année dernière alors que ses dépenses devraient s'accroître de 5,3% au cours de la même période, a rapporté la KCNA.

lsr@yna.co.kr

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page