Go to Contents Go to Navigation

L'UNC promet un soutien total pour la «bonne mise en œuvre» de l'accord militaire intercoréen

Actualités 19.04.2019 à 09h48
Le chef adjoint de l'UNC, le général de corps d'armée Wayne Eyre, présente le commandement onusien le 19 avril 2019 lors d'une journée portes ouvertes à la presse au siège situé à Camp Humphreys, à Pyeongtaek, à 70 km au sud de Séoul.
Sentier de randonnée
Nouveau poste de garde dans la partie nord-coréenne de la JSA. ⓒ Ministère de la Défense

PYEONGTAEK, 19 avr. (Yonhap) -- La «bonne mise en œuvre» de l'accord du sommet intercoréen de l'année dernière est la priorité numéro un du Commandement des Nations unies (UNC), a déclaré jeudi son chef adjoint en promettant un soutien total à l'actuelle initiative de paix sur la péninsule coréenne.

En septembre de l'année dernière, au cours du troisième sommet entre le président Moon Jae-in et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un à Pyongyang, les deux Corées ont signé un accord militaire global destiné à réduire les tensions et à instaurer la paix.

«La priorité numéro un (de l'UNC) aujourd'hui est la bonne mise en œuvre de l'accord militaire global», a déclaré à des journalistes le numéro deux de l'UNC, le général de corps d'armée Wayne Eyre, au siège situé à Camp Humphreys, à Pyeongtaek, à 70 km au sud de Séoul.

Etabli en 1950 sous mandat des Nations unies suite aux provocations militaires nord-coréennes, l'UNC dirigé par les Etats-Unis joue un rôle de tuteur à gages de l'accord d'armistice qui a cessé la guerre de Corée (1950-1953). Il est actuellement dirigé par le général Robert Abrams.

L'UNC soutient aussi le plan de Séoul d'ouvrir trois chemins de randonnée menant à la Zone démilitarisée (DMZ), a assuré le commandant adjoint, même si les détails peuvent changer selon les circonstances naturelles et sécuritaires de chaque région.

«Notre principale attention, notre principale préoccupation, est la sûreté et la sécurité de tous les citoyens qui seront sur ces chemins de paix car c'est fait dans la DMZ qui est sous l'autorité du commandant de l'UNC», a souligné Eyre.

Plus tôt ce mois-ci, le gouvernement sud-coréen a annoncé son plan d'ouvrir les chemins de la Paix de la DMZ dans les régions frontalières est, centrale, ouest : Goseong, Cheorwon et Paju, respectivement.

A propos de la libre circulation prévue des visiteurs à l'intérieur de la Zone commune de sécurité (JSA), l'UNC examine la possibilité d'une ouverture partielle, selon Eyre.

«A l'heure actuelle, nous envisageons de lancer des visites au sud de la Ligne de démarcation militaire (MDL) dans la nouvelle JSA démilitarisée. Ce sera fait comme une mesure provisoire jusqu'à ce qu'un code de conduite (entre les deux Corées et l'UNC) soit convenu», a noté Eyre.

L'accord militaire de l'année dernière prévoit d'autoriser les touristes coréens et étrangers à franchir la MDL dans la JSA de 9h à 17h une fois que le désarmement et les procédures liées auront été achevés. Cela dit, Pyongyang traîne les pieds pour son application en demandant l'exclusion de l'UNC dans la gestion de la JSA.

«Ce n'est pas un secret que la Corée du Nord aimerait écarter et démanteler l'UNC mais je le vois sous différentes perspectives. Ce que nous avons, c'est une opportunité» pour bâtir la confiance en vue de la paix, a souligné le commandant adjoint.

A propos de la question du plan de transfert du contrôle opérationnel en temps de guerre (OPCON) de Washington vers Séoul, il a rejeté les rumeurs sur les éventuels changements concernant le futur rôle et statut de l'UNC.

«J'ai reçu des questions ces derniers mois sur ce qui va changer pour l'UNC avec le transfert de l'OPCON. Et pour nous, il n'y a rien. Nous soutenons le Commandement des Forces combinées (ROK-US) avec les forces de l'UNC, que ce soit un commandant de la ROK ou des Etats-Unis», a-t-il dit. ROK est le sigle du nom officiel en anglais de la Corée du Sud.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page