Go to Contents Go to Navigation

(LEAD) Pyongyang critique vivement un exercice militaire sud-coréano-américain

National 25.04.2019 à 13h55
La porte-parole du ministère de la Défense Choi Hyun-soo. (Photo d'archives Yonhap)

SEOUL, 25 avr. (Yonhap) -- La Corée du Nord a fortement critiqué jeudi le fait que la Corée du Sud a effectué un exercice militaire conjoint avec les Etats-Unis, en le décrivant comme un acte «déloyal» qui pourrait mettre les relations intercoréennes en péril.

Dans un communiqué relayé par l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA), le Comité pour la réunification pacifique du pays (CPRC) a aussi appelé Séoul à «agir avec prudence», en avertissant qu'«il peut y avoir une réponse de notre armée».

C'est la première fois que Pyongyang dénonce vivement Séoul dans un communiqué du CPRC qui gère les affaires intercoréennes depuis le début de l'année dernière, qui a vu la reprise des dialogues et des échanges entre les deux Corées après plusieurs années de relations gelées.

«Un acte déloyal... Nous sommes très déçus, comme il est loin d'essayer de préserver le précieux élan de paix, réconciliation et coopération, en allant à l'encontre de la tendance vers la réconciliation sur la péninsule coréenne que le Nord et le Sud ont développée à travers des efforts communs au cours de l'année dernière», a dit le communiqué.

«Les autorités sud-coréennes doivent se comporter avec précaution, en gardant à l'esprit que leur déloyauté envers la République populaire démocratique de Corée (RPDC) lors du moment crucial pour préserver l'atmosphère d'amélioration des liens entre le Nord et le Sud pourrait mettre en danger l'ensemble des relations bilatérales», a-t-il ajouté.

Le mois dernier, Séoul et Washington ont lancé une manœuvre aérienne conjointe d'une durée de deux semaines autour de la péninsule coréenne. Il s'agissait d'un exercice de taille réduite en remplacement de Max Thunder, un entraînement de plus grande envergure.

«En mettant en scène un exercice aérien conjoint d'envergure, les autorités sud-coréennes insistent que Max Thunder a disparu dans les coulisses de l'histoire et elles ont réduit l'ampleur de l'entraînement en tenant compte de la situation sur la péninsule coréenne», a poursuivi le communiqué.

«Ils ont complètement tort s'ils pensent pouvoir nous rassurer et éviter des critiques aux niveaux national et international avec un tel non-sens banal», a-t-il ajouté.

Le CPRC a insisté que de tels exercices militaires ne pourraient jamais dissimuler «la nature agressive, offensive et conflictuelle de leurs actes hostiles» même si la Corée du Sud essaie de convaincre qu'il s'agissait d'un exercice de taille réduite.

«Le vent provoque naturellement des vagues. Maintenant que les autorités sud-coréennes se sont dévoilées dans leurs provocations militaires contre la RPDC avec les Etats-Unis, il y aura une réponse correspondante de notre armée», a-t-il dit. «Quelles que soient les mesures que nous prendrons, les autorités sud-coréennes ne pourront jamais exprimer aucune plainte.»

En réponse à la déclaration de Pyongyang selon laquelle les exercices militaires sont une violation de l'accord militaire passé entre les deux Corées, le ministère de la Défense a répondu que Séoul «se conforme entièrement à l'accord et se prépare à mettre en œuvre les plans prévus cette année».

L'Accord militaire global (CMA), conclu lors du troisième sommet entre le président Moon Jae-in et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un en septembre de l'année dernière, comporte une série de mesures visant à construire la confiance et contrôler les armes dans le cadre du plan plus large pour mettre un terme à tout acte hostile l'un contre l'autre.

eloise@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page