Go to Contents Go to Navigation

(LEAD) Kim et Poutine entament leur premier sommet sur la dénucléarisation et la coopération économique

Actualités 25.04.2019 à 14h49
Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un (à g.) et le président russe Vladimir Poutine échangent une poignée de main le 25 avril 2019 à Vladivostok, en Russie. (AFP=Yonhap)

VLADIVOSTOK, 25 avr. (Yonhap) -- Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a entamé aujourd'hui son premier sommet avec le président russe Vladimir Poutine à Vladivostok, ville située dans l'Extrême-Orient russe, avec la résolution pacifique de la question nucléaire de Pyongyang en haut de l'ordre du jour.

Le sommet très attendu est perçu comme un test crucial pour les efforts diplomatiques de Kim destinés à mettre fin au blocage dans les négociations de dénucléarisation avec les Etats-Unis, à alléger les sanctions et pressions et à donner une nouvelle impulsion à son plan de développement économique.

Kim et Poutine se sont rencontrés cet après-midi à l'université fédérale d'Extrême-Orient, sur l'île Rousski, dans cette ville portuaire du Pacifique, où les drapeaux des deux pays ont été hissés et la sécurité a été renforcée. La baie Ajax, située à proximité de cet établissement, est fermée au public.

Au début de la réunion, Kim a déclaré que le sommet avec Poutine serait «significatif» pour les efforts conjoints visant à résoudre les questions liées à la péninsule coréenne.

«Maintenant, l'attention du monde entier est focalisée sur les questions liées à la péninsule coréenne», a déclaré Kim. «Je suis persuadé que (le sommet) sera un dialogue très significatif pour évaluer ensemble la politique vis-à-vis de la péninsule coréenne, partager les points de vue et travailler ensemble pour l'ajustement et la recherche à l'avenir», a-t-il ajouté.

Poutine a exprimé son soutien aux efforts actuels pour le dialogue intercoréen et l'amélioration des relations entre le Nord et les Etats-Unis.

«A l'occasion (de votre visite) en Russie cette fois-ci, j'espère que les relations bilatérales se développeront et que (nous) pourrons trouver une bonne solution pour résoudre la situation sur la péninsule coréenne», a dit à Kim Poutine via une interprète.

«Et je pense que nous serons en mesure de poursuivre cette tendance, ce changement qui se déroule de manière positive aujourd'hui», a-t-il ajouté.

Entouré de hauts officiels du Parti du travail, de l'armée et du gouvernement, Kim est arrivé à bord de son train spécial à Vladivostok hier après-midi dans le cadre de son premier voyage à l'étranger depuis le deuxième sommet avec le président américain Donald Trump à Hanoï en février.

Après ce sommet infructueux, Kim cherche à se rapprocher davantage de ses alliés traditionnels, la Chine et la Russie, tout en appelant à un assouplissement de la ligne dure adoptée par Washington dans les négociations de dénucléarisation.

Selon le Kremlin, Kim et Poutine auront d'abord un tête-à-tête et seront rejoints ensuite par les membres de leur délégation. Une réception officielle est aussi prévue ce soir.

Citant une source bien informée, l'agence de presse russe RIA Novosti a rapporté que les dirigeants auraient des discussions pendant quatre heures, un face-à-face d'environ une heure et enfin une réunion élargie de trois heures.

La délégation nord-coréenne inclut deux vice-présidents du Comité central du Parti du travail, Kim Phyong-hae et O Su-yong, le ministre des Affaires étrangères Ri Yong-ho et la première vice-ministre des Affaires étrangères Choe Son-hui. Font aussi partie du groupe Ri Yong-gil, chef d'état-major général de l'Armée populaire de Corée (APC) du Nord.

La délégation russe comprend le vice-Premier ministre Yuri Trutnev, le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, le ministre des Transports Yevgeny Dietrich et le ministre du Développement de l'Extrême-Orient Alexandre Kozlov, a fait savoir le média russe.

Le Kremlin a déclaré que le sommet se focaliserait sur les moyens de résoudre l'impasse nucléaire du Nord.

Moscou et Pyongyang sont en faveur d'une approche graduelle de la dénucléarisation du Nord alors que Washington appelle ce dernier à prendre des mesures de dénucléarisation fondamentales.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page