Go to Contents Go to Navigation

(Interview Yonhap) La Nouvelle-Zélande déterminée à promouvoir la paix sur la péninsule coréenne, selon son ambassadeur

Interviews 30.04.2019 à 10h28

SEOUL, 30 avr. (Yonhap) -- La Nouvelle-Zélande est déterminée à promouvoir la paix sur la péninsule coréenne et dans la région, dans un contexte d'incertitudes sur les discussions nucléaires en suspens entre la Corée du Nord et les Etats-Unis, a déclaré ce mardi Philip Turner, l'ambassadeur de Nouvelle-Zélande en Corée du Sud.

Il a aussi mis l'accent sur le soutien de son gouvernement aux efforts diplomatiques en cours visant à chercher des moyens pacifiques pour résoudre le dossier nucléaire de Pyongyang qui existe depuis plusieurs décennies.

«La Nouvelle-Zélande s'engage fermement à chercher une solution stable et pacifique pour la péninsule coréenne et à achever la CVID (dénucléarisation complète, vérifiable et irréversible), et nous encourageons fortement tous les pays à continuer leurs efforts diplomatiques pour y parvenir», a-t-il dit dans une interview accordée à l'agence de presse Yonhap.

Quant au sommet sans accord entre le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un et le président américain Donald Trump au Vietnam, l'ambassadeur a indiqué que le sommet infructueux démontre qu'il y a encore un long chemin à parcourir avant que les négociations ne puissent produire un résultat tangible.

«Le résultat rappelle combien la situation sur la péninsule est complexe et difficile. C'est un processus vraiment compliqué et nous devons être réalistes sur combien de temps il faudra pour établir une paix durable sur la péninsule», a-t-il ajouté.

Le sommet à Hanoï des deux dirigeants s'est terminé sans accord car ils ont échoué à trouver un terrain d'entente sur l'étendue de la dénucléarisation de Pyongyang et la levée des sanctions par Washington.

Philip Turner, l'ambassadeur de Nouvelle-Zélande en Corée du Sud.

Turner a souligné qu'en tant que contributeur clé du Commandement des Nations unies (UNC), son pays était dédié à sa mission de surveiller le Pacifique avec d'autres pays.

«Nous contribuons également à identifier et radier dans le Pacifique les vaisseaux nord-coréens ayant des pavillons illégaux, et nous déployons un avion P-3 pour soutenir l'exécution des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies relatives aux sanctions contre la RPDC.» La RPDC est le sigle du nom officiel de la Corée du Nord, République populaire démocratique de Corée.

Concernant les relations bilatérales, l'ambassadeur a exprimé son plaisir d'avoir vu récemment le lancement d'un nouveau navire de ravitaillement, bâti par Hyundai Heavy Industries Co. pour la marine royale de la Nouvelle-Zélande, en souhaitant que plus de contrats similaires seront conclus à l'avenir. «En tant que pays maritime, cela nous permet de soutenir le déploiement non seulement de forces terrestres mais aussi d'opérations humanitaires et de secours en cas de catastrophe.»

Un navire d'une longueur de 173 mètres et d'une largeur de 24 mètres, pesant 23.000 tonnes, baptisé «Aotearoa» (Nouvelle-Zélande en maori), sera livré en 2020.

En ce qui concerne le commerce bilatéral, l'ambassadeur a noté que les deux pays profitaient de l'accord de libre-échange qui est entré en vigueur en 2015 et s'attendaient à davantage d'opportunités commerciales pour les entreprises sud-coréennes en Nouvelle-Zélande.

«Les investissements des Sud-Coréens en Nouvelle-Zélande sont assez petits en comparaison avec la taille de l'économie coréenne. Ainsi, je pense qu'il y a un grand potentiel pour le développement des investissements dans des domaines comme l'alimentation, le tourisme et l'éducation», a-t-il ajouté.

Philip Turner, l'ambassadeur de Nouvelle-Zélande en Corée du Sud.

mjp@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page