Go to Contents Go to Navigation

Séoul et Londres vont coopérer pour lutter contre la pollution de l'air

International 03.05.2019 à 14h36
Le maire de Séoul, Park Won-soon, échange une poignée de main avec le maire de Londres, Sadiq Khan, le jeudi 2 mai 2019 (heure locale) à la mairie de Londres. © Municipalité de Séoul

LONDRES, 02 mai (Yonhap) -- Les mairies de Séoul et de Londres ont convenu de renforcer les coopérations mutuelles dans la recherche de solutions pour lutter contre les particules fines et d'autres problèmes liés à la pollution atmosphérique urbaine, ont fait savoir les officiels.

Les capitales de la Corée du Sud et du Royaume-Uni sont parvenues à cet accord jeudi lors d'une rencontre entre le maire de Séoul, Park Won-soon, et son homologue londonien, Sadiq Khan.

Park est arrivé jeudi au Royaume-Uni, la deuxième destination d'un voyage de huit jours suite à une visite à Abou Dhabi, aux Emirats arabes unis, et avant de partir pour Tel-Aviv, en Israël.

Le maire de Séoul a dit avoir été impressionné par les efforts politiques déployés par Khan pour transformer entièrement la ville de Londres en «parc national» et la maintenir comme une «zone à très faible émissions».

«Séoul a planté 30 millions d'arbres et créé un grand jardin botanique, mais Londres a le projet plus ambitieux de transformer la ville entière en un parc national», a dit Park lors d'une réunion.

«A partir du mois de juillet, les vieux véhicules à moteur diesel seront interdits dans le centre de Séoul. Ainsi, les échanges d'informations sur les politiques entre les officiels du groupe de travail seront largement bénéfiques pour les deux villes», a-t-il poursuivi.

Khan a présenté en réponse les efforts de sa ville pour réduire les particules fines et les mesures prises pour lutter contre la pollution de l'air, y compris la restriction du trafic dans le centre-ville.

Il a noté également que son pari pour convertir la moitié de Londres en un espace végétal avait été confronté à une certaine résistance de la part des promoteurs immobiliers.

Londres a créé une zone à faible émissions en 2008 en vue de contrer la pollution de l'air. En 2017, Khan a adopté une nouvelle taxe de pollution pour les vieux véhicules entrant dans le centre de Londres, en plus de frais de péage.

A Séoul, les véhicules ayant des émissions de niveau 5, des voitures diesel pour la plupart, ne pourront entrer dans la Zone de promotion du transport vert de Séoul d'une superficie de 16,7 kilomètres carrés, située au centre-ville et à l'intérieur des murs des forteresses de la dynastie Joseon, selon le bureau du maire de Séoul.

Après une période de grâce de cinq mois, les contrevenants se verront infliger une amende de 250.000 wons (220 dollars) à compter du 1er décembre prochain.

A Londres, Park a aussi rencontré le haut diplomate britannique chargé des affaires de l'Asie-Pacifique et des hommes d'affaires afin de promouvoir la ville de Séoul en tant que destination attractive pour les investissements.

eloise@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page