Go to Contents Go to Navigation

Pompeo : «Les Etats-Unis ont absolument l'intention de négocier avec la Corée du Nord»

Corée du Nord 06.05.2019 à 10h12

WASHINGTON, 05 mai (Yonhap) -- Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a assuré dimanche que les Etats-Unis avaient encore «absolument l'intention» de négocier avec la Corée du Nord sur son programme nucléaire en dépit des nouveaux tirs de projectiles.

Dans une interview accordée à Fox News, Pompeo a affirmé que les projectiles lancés samedi (heure coréenne) étaient de «courte portée» et a exprimé la «haute confiance» du gouvernement américain sur le fait qu'il ne s'agissait pas de missiles de portée plus importante (intermédiaire, longue ou intercontinental). Il a ajouté qu'une analyse était en cours pour déterminer la nature exacte de ces tests.

«Nous avons encore absolument l'intention de trouver une bonne solution avec la Corée du Nord pour la dénucléariser», a dit le secrétaire d'Etat. «Nous savions que ce serait un long chemin. Nous savions que ce ne serait pas simple. Mais je tends la main de la négociation aux Nord-Coréens depuis Hanoï. Ils nous ont répondu. Je tends la main pour poursuivre ces négociations. Nous voulons continuer à travailler pour une résolution pacifique afin d'achever la dénucléarisation, entièrement vérifiée, de la Corée du Nord.»

Pompeo a refusé de parler de violation du moratoire sur les tests de missiles, imposé par la Corée du Nord elle-même depuis novembre 2017 : «Nous devons observer. Nous connaissons notre objectif. Le moratoire était centré, très centré, sur les missiles intercontinentaux, ceux qui menacent les Etats-Unis.»

Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo. (Yonhap=AP)

Dans un autre entretien sur la chaîne ABC dimanche également, le chef de la diplomatie américaine a souligné que les projectiles tirés la veille ne sont pas retombés dans les eaux internationales et n'ont pas représenté de menace pour les Etats-Unis, la Corée du Sud et le Japon.

Il a aussi fait remarquer que les lancements ont eu lieu peu de temps après le premier sommet entre le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un et le président russe Vladimir Poutine. Cette rencontre semblait chercher un allègement des sanctions internationales contre Pyongyang. Kim «n'est pas parvenu à obtenir précisément ce qu'il voulait, mais nous espérons que nous retournerons à la table (des négociations) et trouverons une voie vers l'avant», a ajouté Pompeo.

A propos de la déclaration de Kim selon laquelle il attendra jusqu'à la fin de l'année pour voir si Washington changera sa façon de négocier, le secrétaire d'Etat a répondu ne pas prêter une grande attention : «Je ne sais pas s'il y a une signification particulière à cette déclaration. [...] Nous surveillons de près le comportement de la Corée du Nord, tout comme nos alliés, le Japon et la Corée du Sud et la région.»

En outre, Pompeo a insisté sur le fait que les sanctions du Conseil de sécurité de l'ONU contre le régime nord-coréen continuaient à être appliquées : «Nous consacrons beaucoup d'énergie à cela. Nous pensons qu'il est tout simplement important que nous utilisions chaque opportunité diplomatique, chaque opportunité que nous avons pour supprimer ces armes nucléaires et vérifier cela sans l'usage de la force.»

Concernant la possibilité d'un assouplissement des sanctions pour faciliter l'aide humanitaire au peuple nord-coréen, Pompeo a seulement observé que le régime de sanctions actuel permettait d'accorder des exceptions pour l'assistance alimentaire.

Il a reconnu que son homologue nord-coréen pour les négociations (Kim Yong-chol jusqu'à présent) pourrait avoir changé après le sommet infructueux de Hanoï : «Il semble que la prochaine que j'aurai des conversations sérieuses, mon homologue sera quelqu'un d'autre, mais nous ne pouvons pas être sûrs de cela.»

Enfin, le secrétaire d'Etat a confié à CBS avoir parlé samedi soir avec Trump de la Corée du Nord. «Nous sommes toujours en train d'élaborer la réponse appropriée, mais je veux que chacun sache que nous allons saisir chaque opportunité diplomatique disponible», a-t-il assuré. «Nous pensons encore qu'il y a une voie où le président Kim peut se dénucléariser sans avoir recours à quoi que ce soit au-delà de la diplomatie.»

xb@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page