Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Il est difficile de considérer les projectiles tirés par le Nord comme des missiles, selon le ministère de la Défense

Actualités 07.05.2019 à 16h57
Une arme guidée tactique tirée le 4 mai 2019 par la Corée du Nord et semblant être la version nord-coréenne du missile russe Iskander (en haut), qui est apparue lors d'une parade militaire organisée le 8 février 2018 à Pyongyang à l'occasion du 70e anniversaire de la fondation de l'Armée populaire de Corée (en bas).

SEOUL, 07 mai (Yonhap) -- Le ministère de la Défense a affirmé ce mardi à l'Assemblée nationale que, à ce stade, il était difficile de spécifier que certains des projectiles tirés samedi dernier par la Corée du Nord étaient des missiles à courte portée.

Lors d'une réunion de la commission de la défense du Parlement, le ministère a fait le point sur les 10 à 20 projectiles tirés par le Nord en direction de la mer de l'Est dans le cadre d'exercices de frappe, selon le député Ahn Gyu-back, à la tête de la commission.

«Il est difficile de préciser le nombre exact de projectiles et leur type», a déclaré le ministère, selon Ahn.

Le ministre a fait remarquer que la Corée du Nord avait précédemment effectué des tirs d'essai d'une seule arme stratégique mais, cette fois-ci, le régime communiste a lancé plusieurs types d'armes dont des lance-roquettes multiples.

Samedi dernier, la Corée du Nord a tiré plusieurs projectiles à courte portée incluant un nouveau type d'arme guidée tactique et des lance-roquettes multiples de 240 et 300 mm au large de sa côte est, selon le Comité des chefs d'état-major interarmées (JCS).

Ces lancements sont intervenus sur fond d'impasse dans les négociations de dénucléarisation entre les Etats-Unis et la Corée du Nord suite à la rupture du sommet de Hanoï entre leurs dirigeants en février dernier.

Le Service national du renseignement (NIS) a dit hier à l'Assemblée nationale qu'il ne considérait pas les derniers tirs nord-coréens comme un acte de provocation. Il a aussi ajouté que le Nord n'avait pas l'intention de rompre l'ambiance actuelle pour les discussions nucléaires avec Washington.

«La Corée du Nord a cherché à envoyer des signaux à la Corée du Sud et aux Etats-Unis en dévoilant le rapport de média sur les tirs», a noté le ministère.

«Cette mesure serait destinée à faire pression sur Washington pour qu'il change d'attitude et à renforcer la solidarité interne en apaisant des plaintes au sein de l'armée nord-coréenne», a-t-il ajouté.

Après la réunion, le député a déclaré aux journalistes qu'il y avait une grande possibilité que les projectiles ne soient pas des missiles à courte portée, vu les distances de vol.

Etant donné que les missiles à courte portée volent sur une distance pouvant atteindre 1.000 km, les projectiles qui ont parcouru environ 200 km ne semblent pas être des missiles, a expliqué Ahn.

«La Corée du Sud et les Etats-Unis sont en train d'analyser minutieusement les types des projectiles. Mes propos ne voulaient pas dire que ce ne sont en aucun cas des missiles», a-t-il ajouté.

Les directions des partis rivaux ont reçu un rapport à huis clos du vice-ministre de la Défense Suh Choo-suk sur la récente situation.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page