Go to Contents Go to Navigation

(3e LD) Moon demande à la Corée du Nord d'arrêter les tirs de projectiles

National 09.05.2019 à 23h38
Le président Moon Jae-in durant l'interview sur la chaîne KBS au bureau présidentiel ce jeudi 9 mai 2019.

SEOUL, 09 mai (Yonhap) -- Le président Moon Jae-in a averti ce jeudi la Corée du Nord que ses tirs de projectiles pourraient rendre difficile la reprise d'un dialogue.

Moon a fait savoir que son gouvernement et les Etats-Unis pensent que les projectiles tirés plus tôt dans la journée par la Corée du Nord sont des «missiles à courte portée» vu leur distance de vol.

S'exprimant durant une interview spéciale sur la chaîne publique KBS à l'occasion du second anniversaire de son mandat, le président a dit qu'il est trop tôt pour dire si Pyongyang a enfreint les résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies, qui interdisent à la Corée du Nord de tirer des missiles balistiques.

Moon a noté que les projectiles tirés le weekend dernier par la Corée du Nord ont parcouru une distance «relativement courte». Toutefois, ceux tirés aujourd'hui depuis Kusong, situé à 160 km au nord-ouest de Pyongyang, ont volé 400 km et 270 km avant de tomber en mer de l'Est, selon l'armée sud-coréenne.

«Quoi qu'il en soit, je voudrais avertir la Corée du Nord que si elle répète (de tels actes), cela pourrait rendre la phase de dialogue et de négociation actuelle plus difficile», a dit Moon.

Selon lui, la Corée du Nord montrerait ainsi son mécontentement après l'échec du sommet de Hanoï en février entre le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un. Pyongyang chercherait aussi à faire pression sur Washington pour que reprenne le dialogue, a-t-il ajouté.

(3e LD) Moon demande à la Corée du Nord d'arrêter les tirs de projectiles - 2

Malgré tout, le Nord semble s'abstenir de faire des menaces militaires, a noté le président, qui a ajouté que son attitude d'après-tir est différente du passé, quand elle se vantait de ses capacités militaires après les tirs.

Moon a par ailleurs dit envisager envoyer du riz en Corée du Nord dans le cadre d'une aide humanitaire, faisant savoir qu'il existe d'importants stocks de riz en Corée du Sud, qui coûtent chaque année 600 milliards de wons (507 millions de dollars) rien qu'en stockage.

Il a aussi dit espérer discuter de la question de l'envoi de cette aide avec les différents partis politiques.

Moon a eu mardi une conversation téléphonique avec Trump, au cours de laquelle le président américain a dit soutenir un éventuel envoi d'aide alimentaire en Corée du Nord. Cette dernière ayant tiré depuis de nouveaux projectiles, Moon a dit qu'un consensus public sur la question de l'aide alimentaire est nécessaire.

Interrogé quant à la possibilité de dépêcher un envoyé spécial en Corée du Nord, le chef de l'Etat n'a pas répondu directement, disant simplement que son gouvernement fait divers efforts pour entretenir le dialogue.

Moon a fait savoir que le dirigeant nord-coréen a exprimé de façon «très franche» sa volonté de se dénucléariser au cours du sommet de Panmunjom en avril dernier.

Concernant les relations tendues entre Séoul et Tokyo, Moon a estimé que l'accession au trône de l'empereur japonais Naruhito pourrait être l'occasion de réparer les liens bilatéraux.

Le président a dit que ce serait «une bonne chose» que de tenir un sommet avec le Premier ministre japonais Shinzo Abe quand il se rendra à Osaka au Japon le mois prochain pour une réunion du G20.

A propos de l'économie, il a montré une certaine flexibilité sur la question du salaire minimum malgré sa promesse de campagne de l'augmenter à 10.000 wons d'ici 2020. Le salaire horaire minimum est actuellement de 8.350 wons. «Je ne pense pas qu'il doit être relevé sans réserve», a-t-il dit.

mathieu@yna.co.kr

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page