Go to Contents Go to Navigation

Séoul dévoile un plan pour développer l'industrie de la biosanté

Actualités 22.05.2019 à 17h03
Le président Moon Jae-in assiste le mercredi 22 mai 2019 au salon de l'innovation de nouveaux médicaments, une communauté privée réunissant des experts du secteur des biomédicaments pour discuter et échanger des opinions et des idées innovantes, à Osong, dans la province du Chungcheong du Nord.

SEOUL, 22 mai (Yonhap) -- La Corée du Sud, en quête de nouveaux moteurs de croissance, a dévoilé mercredi une série de mesures visant à dynamiser l'industrie de la biosanté en s'appuyant sur les domaines où elle est en avance comme les technologies de l'information et de la communication (TIC) avec l'objectif de devenir un leader mondial en la matière à l'horizon de 2030.

La quatrième économie d'Asie s'efforce de trouver des leviers de croissance économique de prochaine génération, en se focalisant sur les secteurs clés à grand potentiel tels que les semi-conducteurs logiques, la biosanté et les voitures de demain comme les exportations sont face à des vents contraires.

«L'industrie de la biosanté conduira non seulement à la croissance économique et à la création d'emplois mais également à l'amélioration de la santé publique», a dit le gouvernement dans un communiqué. «Notre objectif est de construire un écosystème qui couvre l'ensemble des aspects de l'industrie de la biosanté, de la recherche à la vente en passant par l'approbation et la production.»

Cette industrie couvre les produits pharmaceutiques et les instruments médicaux mais aussi les services de soins de santé.

Dans le cadre de ce plan, l'Etat envisage de consacrer une enveloppe de 4.000 milliards de wons (3,34 milliards de dollars) d'ici 2025 en vue de promouvoir le développement des produits pharmaceutiques haut de gamme et des instruments médicaux de pointe. Cela marquerait une hausse considérable par rapport au budget de 2.600 milliards de wons alloué en 2017.

Les mesures de soutiens massifs aideraient la Corée du Sud à développer ses expertises et technologies pour les traitements de future génération, comme un traitement ciblé pour certains types de cancer avec un minimum d'effets secondaires sur les patients, a expliqué le gouvernement.

Les solutions de mégadonnées seront également utilisées pour dynamiser le secteur de la biosanté et le gouvernement vise à collecter des données de près de 20.000 patients jusqu'à l'année 2021 avant d'atteindre le million en 2029.

Cette initiative survient alors qu'une base de données sur les patients, notamment sur leurs gènes, pourrait servir à trouver des traitements, en particulier pour ceux qui souffrent de maladies génétiques, en utilisant et comparant un large éventail d'échantillons.

Les mégadonnées, faisant référence au processus d'utilisation d'une grande quantité d'informations, permettraient aux entreprises de repérer les tendances du marché en analysant des comportements de consommateurs, mais il serait aussi possible de les appliquer dans le secteur académique pour une étude plus approfondie basée sur les données.

«Nous envisageons de tripler notre part sur le marché mondial et de créer 300.000 nouveaux emplois à travers de tels efforts», a ajouté le gouvernement, en soulignant que l'objectif est atteignable grâce à la base solide de la Corée du Sud dans le secteur des TIC et aux bonnes infrastructures médicales telles que les hôpitaux et les professionnels.

Si les mesures sont mises en œuvre comme prévu, la part sur le marché mondial de la Corée du Sud pour les produits pharmaceutiques et les instruments médicaux atteindra 6% en 2030, contre 1,8% en 2018.

Les exportations sud-coréennes dans le secteur de la biosanté vont passer également de 14,4 milliards de dollars en 2018 à 50 milliards de dollars en 2030.

Parmi les autres mesures de soutien figurent un avantage fiscal destiné aux entreprises de biosanté et une révision des régulations locales pour les harmoniser avec les normes mondiales, comme la réduction du temps nécessaire pour obtenir une approbation pour des médicaments ou instruments médicaux.

Le gouvernement souhaite également que l'industrie de la biosanté contribue à aider la Corée du Sud à bien faire face à la demande croissante pour les services médicaux du fait du vieillissement de la population. Le pays est devenu en 2017 une «société âgée» avec 14% des 50 millions d'habitants ayant 65 ans ou plus.

eloise@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page