Go to Contents Go to Navigation

Séoul en discussion avec des organismes onusiens sur la manière d'utiliser les dons au Nord

Actualités 23.05.2019 à 15h21
Le ministre de l'Unification, Kim Yeon-chul.

SEOUL, 23 mai (Yonhap) -- La Corée du Sud a entamé des discussions sur la manière de dépenser les dons d'argent visant à aider les Nord-Coréens dans le besoin avec le Programme alimentaire mondial (PAM) et le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef), a annoncé jeudi un officiel du ministère de l'Unification.

La semaine dernière, Séoul a promis de donner 8 millions de dollars au PAM et à l'Unicef pour soutenir leurs projets dont l'objectif est de venir en aide aux femmes enceintes et aux enfants qui souffrent de malnutrition et de problèmes de santé dans le pays appauvri.

«Je sais que nous avons reçu des propositions de projets de la part d'organisations internationales qui serviront de base aux discussions», a dit l'officiel à des journalistes sous la condition de l'anonymat.

«En tenant compte de l'urgence de la question, nous disons que les plans (d'aide) devront être lancés dans un court délai. Le gouvernement, pour sa part, maintient la position que les procédures concernées doivent être mises en œuvre le plus tôt possible», a-t-il ajouté.

La Corée du Sud avait dévoilé un projet similaire à la fin de 2017 mais la mise en œuvre avait été reportée de manière répétitive avant que le plan n'ait été abandonné du fait des tensions nucléaires et balistiques. A ce moment-là, les organismes internationaux avaient pris en considération la possibilité d'envoyer des biscuits et vaccins au Nord pour les femmes enceintes et les enfants.

L'officiel du ministère n'a pas détaillé le type d'articles que les organisations veulent envoyer à la Corée du Nord cette fois-ci mais a déclaré que le riz ne figurait pas dans la liste.

En plus des dons d'argent, Séoul cherche actuellement à établir un autre plan pour fournir des aides alimentaires humanitaires à la Corée du Nord comme des millions de personnes là-bas sont confrontées à une pénurie alimentaire qui s'aggrave à cause des sanctions internationales et des conditions climatiques défavorables.

Le PAM et l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) ont rapporté, en s'appuyant sur des visites en Corée du Nord, que la production agricole du pays avait chuté l'année dernière à son plus bas niveau depuis 2008. Ils ont ajouté que près de 10 millions d'habitants, soit environ 40% de la population, avaient un besoin urgent de nourriture.

Les organisations d'aide ont aussi averti que la situation alimentaire en Corée du Nord pourrait se détériorer durant la «saison creuse entre mai et septembre, si aucune mesure humanitaire adéquate et rapide n'est prise».

Le ministre de l'Unification, Kim Yeon-chul, a souligné mardi que l'aide humanitaire devait être menée séparément des questions politiques ou autres, en citant l'ancien président américain Ronald Reagan : «Un enfant affamé ne connaît pas la politique.»

mjp@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page