Go to Contents Go to Navigation

Bong Joon-ho : la Palme d'or est un cadeau de Cannes pour les 100 ans du cinéma coréen

Actualités 26.05.2019 à 15h05
Lauréat de la Palme d'or
Avec Song Kang-ho

CANNES, 25 mai (Yonhap) -- Le réalisateur Bong Joon-ho a déclaré samedi que le Festival du film de Cannes a offert un cadeau portant une grande signification au cinéma coréen qui fête cette année son centenaire en attribuant la Palme d'or de sa 72e édition à «Parasite».

«Il s'agit de la première Palme d'or de la Corée et, justement, cette année marque le centenaire de la naissance du cinéma coréen. Le Festival de Cannes a offert un cadeau de grande signification au cinéma coréen», a déclaré Bong lors d'une conférence de presse tenue après la cérémonie de clôture du festival au cours de laquelle sa comédie noire et sociale s'est vu attribuer le prix suprême très convoité.

Le réalisateur coréen a toutefois avoué plus tôt dans la soirée : «Je n'imaginais pas qu'une telle situation devienne réalité. [...] J'essaie de faire des films réalistes d'habitude mais maintenant c'est comme dans un film fantastique.»

En rappelant la rétrospective sur le cinéaste Kim Ki-young organisée en 2006 à la Cinémathèque française, qui avait attiré un grand nombre de cinéphiles français, Bong a rendu hommage à ses aînés qui ont permis à l'industrie cinématographie sud-coréenne d'être à l'honneur aujourd'hui sur la Croisette.

«J'ai reçu le prix et "Parasite" a attiré l'attention mais je n'ai pas réalisé le film tout seul du jour au lendemain. Il y a de nombreux grands cinéastes comme Kim Ki-young dans l'histoire (du cinéma coréen)», a-t-il souligné avant de faire part de son souhait de voir se tenir de nombreux événements sur le cinéma coréen.

Il a également ajouté qu'il s'attendait à voir cette année de multiples occasions permettant de faire connaître de nombreux grands maîtres coréens, qui sont au même rang que de grands maîtres asiatiques comme le Japonais Akira Kurosawa et le Chinois Zhang Yimou.

A propos de critiques qui le décrivent souvent comme un réalisateur de films de genre, Bong a noté avoir continué à travers «Parasite» le travail sur lequel il se penchait depuis longtemps en confirmant qu'il est bien un réalisateur de films de genre même s'il détruit et mélange les codes.

En tant que réalisateur et fan de films de genre, Bong a déclaré être ravi d'entendre le président du jury Alejandro Gonzalez Inarritu dire que la décision avait été unanime.

Cela dit, le metteur en scène a ajouté ne pas faire trop d'attention au genre du film lorsqu'il rédige le scénario.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page