Go to Contents Go to Navigation

Devises : la Corée du Sud toujours sous la surveillance des Etats-Unis

Economie 29.05.2019 à 09h19
Le département du Trésor américain. (Photo d'archives Yonhap)

WASHINGTON, 28 mai (Yonhap) -- Le département du Trésor américain a maintenu mardi la Corée du Sud sur la liste des pays à surveiller pour ses pratiques en matière de devises mais a évoqué la possibilité de la retirer dans le prochain rapport.

La liste a été dévoilée dans un rapport semestriel remis au Congrès. Elle comprend huit autres partenaires commerciaux désignés comme des pays dont les pratiques sur le marché des changes doivent être surveillées. Ces huit pays sont la Chine, le Japon, l'Allemagne, l'Italie, l'Irlande, Singapour, la Malaisie et le Vietnam.

Le Trésor américain a mentionné un éventuel retrait de la Corée du Sud de la liste au second semestre comme elle ne répond qu'à un seul critère sur trois pour la qualifier de manipulateur de devises.

«Vu que la Corée du Sud ne remplit qu'un seul critère sur trois en vertu de la Loi 2015, le Trésor la retirera de la liste de surveillance si cela reste le cas dans les six prochains mois», a-t-il dit. «La Corée du Sud doit démontrer que les améliorations concernant ce critère sont durables avant le retrait de cette liste.»

Selon une série de critères révisés, un partenaire commercial est labélisé comme un manipulateur monétaire s'il réalise un excédent commercial bilatéral avec les Etats-Unis supérieur à 20 milliards de dollars, un excédent courant supérieur à 2% du produit intérieur brut (PIB) et «une intervention persistante et unilatérale» sur les marchés des changes.

Dans le récent rapport, la Corée du Sud est concernée par une seule condition : l'excédent de la balance courante qui a représenté 4,7% du PIB en 2018.

Le Trésor a également indiqué que l'excédent commercial de la Corée du Sud avec les Etats-Unis a baissé à 18 milliards de dollars l'an dernier. C'était la première fois qu'il passait sous la barre des 20 milliards de dollars depuis 2013.

Il a salué le premier rapport public de la Corée du Sud en mai sur son intervention sur les devises, en parlant de «progression importante» dans les pratiques du pays dans le secteur du change.

eloise@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page