Go to Contents Go to Navigation

La Corée du Nord a lancé le «même type de missiles» lors de ses deux essais, selon le ministre de la Défense

Actualités 02.06.2019 à 11h04

SINGAPOUR, 02 juin (Yonhap) -- La Corée du Nord aurait tiré le même type de missiles à courte portée lors de ses deux essais le mois dernier, a déclaré samedi dernier le ministre sud-coréen de la Défense, Jeong Kyeong-doo, lors d'un point de presse.

C'est la première fois que la Corée du Sud décrit comme des missiles ce qu'a tiré le Nord le 4 mai. Elle décrivait auparavant les projectiles comme un «nouveau type d'armes guidées tactiques», refusant de déterminer leur nature.

.En ce qui concerne les projectiles tirés cinq jours après par le Nord, l'armée sud-coréenne a indiqué qu'il s'agissait de deux missiles à courte portée et que plus d'analyses étaient nécessaires pour dire si le Nord a lancé les mêmes armes ou pas durant ces tests.

«Nous voyons ces armes (que la Corée du Nord a tirées les 4 et 9 mai) comme étant du même type, même si nous analysons actuellement certaines différences», a annoncé Jeong.

Tir nord-coréen

Ce dernier a toutefois maintenu la précédente position de l'armée selon laquelle plus d'analyses sont nécessaires pour vérifier si ces missiles à courte portée étaient des missiles balistiques ou pas.

«Certains indiquent qu'ils semblent être du même type que le missile russe Iskander et qu'ils sont très similaires. Cependant, il existe certaines différences», a-t-il noté.

Des experts ont analysé que la Corée du Nord aurait testé deux fois une version du missile russe balistique sol-sol Iskander à courte portée en ajustant sa portée et en ayant recours à différents types de tracteur-érecteur-lanceur.

Alors que la Corée du Sud dit qu'une telle évaluation est basée sur une étroite coordination avec les Etats-Unis, le secrétaire américain à la Défense par intérim Patrick Shanahan a déclaré la semaine dernière que Pyongyang a enfreint les résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU avec ces trois essais. Les résolutions interdisent à la Corée du Nord de tirer des missiles balistiques.

Les tirs de missiles étaient les premiers principaux essais d'armes effectués par la Corée du Nord depuis novembre 2017, lorsque le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a déclaré la suspension des tests nucléaires et balistiques, même si les lancements de missiles à courte portée ne vont pas à l'encontre de ses déclarations.

Ces tirs reflètent apparemment la frustration de la Corée du Nord face au peu de progrès dans les discussions avec les Etats-Unis sur son programme nucléaire. Les négociations entre Washington et Pyongyang sont en suspens après le sommet sans accord entre le président américain Donald Trump et Kim en février dernier à Hanoï.

Le missile russe Iskander est connu pour pouvoir altérer sa trajectoire de vol, ce qui veut dire être très efficace en termes de tactique militaire, ont expliqué des experts. Il peut parcourir 500 km, plaçant l'ensemble de la péninsule coréenne à sa portée, ont-ils ajouté.

Selon les experts, du fait de son altitude maximale relativement basse, qui ne dépasse pas les 50 km, ce missile est difficile à détecter et intercepter.

Le ministre de la Défense Jeong Kyeong-do prend la parole le samedi 1er juin 2019 lors de la 18e édition du Sommet sur la sécurité en Asie connu sous le nom de Dialogue Shangri-La. (Photo fournie par le ministère de la Défense. Revente et archivage interdits)

mjp@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page