Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Le CICR distribue à des écoles nord-coréennes des affiches mettant en garde contre les bombes

Actualités 10.06.2019 à 16h44
Affiche de sensibilisation du danger des bombes encore amorcées distribuée par le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) à des écoles en Corée du Nord. (Photo fournie par le CICR. Revente et archivage interdits)

SEOUL, 10 juin (Yonhap) -- Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a fait savoir lundi qu'il a distribué des milliers d'affiches à des écoles en Corée du Nord afin de sensibiliser les élèves sur le danger des bombes encore amorcées datant de la guerre de Corée (1950-1953).

L'organisation a terminé la distribution au début de cette année selon sa mission à Pyongyang mais elle n'a pas précisé quand les affiches ont été distribuées, ni quand.

Lors d'une interview avec l'agence de presse Yonhap en décembre dernier, Bart Vermeiren, le chef de la mission du CICR de l'époque, avait dit envisager de distribuer «bientôt» des affiches dans 4.500 écoles à travers le pays.

L'affiche fournie par le CICR montre divers types de bombes encore amorcées que les enfants pourraient retrouver sur les terrains de jeu, près de leur maison et sur des sites de camping. Elle invite également les enfants à prévenir les autorités immédiatement s'ils en trouvent, en ajoutant «Prévenons les accidents de bombe à l'avance».

Le CICR a dit que le ministère nord-coréen de la Sécurité du peuple a participé à la conception et la distribution des affiches.

Le CICR a déployé des efforts pour enlever en toute sécurité les bombes encore amorcées réparties à travers tout le territoire nord-coréen depuis la guerre de Corée. L'organisation pense qu'accroître «la sensibilisation aux risques» est un moyen efficace pour réduire les accidents causées par les menaces dissimulées.

Le risque semble plus important en Corée du Nord que n'importe quel autre endroit du monde. De nombreuses régions nord-coréennes sont apparemment «contaminées» par des bombes qui ont été abandonnées après la guerre de Corée.

Le CICR a estimé plus tôt à environ 16.000 le nombre de victimes de près de 5.000 incidents relatifs aux bombes encore activées. Autrement dit, ces dernières font chaque année près de 150 victimes.

Thierry Ribaux, le chef de la mission à Pyongyang depuis la fin de l'année dernière, a dit à Yonhap dans une interview écrite en mars que l'organisation continuerait à fournir des soutiens pour enlever des bombes de ce type en Corée du Nord.

«Nous projetons de continuer à offrir des soutiens aux autorités pour le démantèlement en sécurité d'armes qui n'ont pas explosé de la guerre de Corée», a dit Ribaux. «Il s'agit d'un projet très unique qui est en cours (depuis) plusieurs années.»

eloise@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page