Go to Contents Go to Navigation

La grève cause des pertes de production grandissantes chez Renault Samsung

Economie 10.06.2019 à 18h11

SEOUL, 10 juin (Yonhap) -- La grève prolongée cause des pertes de production grandissantes chez Renault Samsung Motors Corp., alors que direction et syndicat s'opposent toujours sur les salaires et les conditions de travail.

Quelque 1.800 travailleurs de chaînes de montage ont débuté vendredi une grève «générale» dans l'unique usine du constructeur, à Busan dans le sud du pays, exigeant que l'entreprise présente un accord salarial révisé avant le début des négociations.

L'entreprise et le syndicat sont parvenus le mois dernier à un accord provisoire, qui a été rejeté lors d'un vote par les syndiqués.

L'usine à Busan n'a produit vendredi que 41 véhicules sur les 900 prévus. Le volume de production devrait être le même lundi, a fait savoir le constructeur.

Les travailleurs de Renault Samsung ont organisé 62 grèves entre octobre 2018 et avril 2019, qui ont représenté une perte de production de 14.320 véhicules. Le constructeur a dû interrompre temporairement à plusieurs reprises la production.

Cette grève aggrave la situation de Renault Samsung, qui a vu ses ventes plonger de 36% à l'année à 67.158 véhicules pendant la période janvier-mai.

Renault Samsung a produit 210.000 véhicules à l'usine de Busan l'an dernier, mais ne devrait en fabriquer que moitié moins cette année.

L'usine de Renault Samsung à Busan.

L'entreprise a souligné que son usine reste «en opération» et qu'un grand nombre de syndiqués sont opposés à la poursuite de la grève. «Ce qu'il faut voir est que la majorité des membres du syndicat ne participe pas à la grève», a déclaré un porte-parole de Renault Samsung.

Le syndicat a pour sa part dit que l'entreprise a fait appel à des employés non syndiqués, des travailleurs temporaires et du personnel administratif pour maintenir la production.

«L'entreprise a la semaine dernière demandé au syndicat de ne pas (faire grève) jusqu'à la fin de l'année 2020 en échange de l'acceptation des demandes additionnelles du syndicat. Mais nous avons rejeté cette proposition qui force les travailleurs à abandonner leurs droits», a dit par téléphone le vice-président du syndicat de Renault Samsung Joo Jae-joung à l'agence de presse Yonhap.

Le syndicat poursuivra la grève jusqu'à ce que l'entreprise change de cap et entende les demandes des travailleurs, a-t-il ajouté.

Renault Samsung proposait dans l'accord provisoire de verser un bonus de 12 millions de wons environ (10.000 dollars) à chaque travailleur pour leur contribution aux bons résultats obtenus en 2018, au lieu d'augmenter le salaire de base.

Le constructeur et le syndicat ont débuté en juin de l'année dernière les négociations en vue de signer un accord sur les salaires et une convention collective.

Il est urgent que l'entreprise et le syndicat signent l'accord sur les salaires et la convention collective afin d'assurer la production des SM3 et XM3 qui seront exportés en Europe, a déclaré le mois dernier Dominique Signora, PDG de Renault Samsung.

La gamme du constructeur automobile comprend les modèles SM3 compact, la berline électrique SM3 Z.E., le SUV de petite taille QM3 et les berlines SM5, SM6 et SM7. Renault SA possède une part de 80% dans Renault Samsung.

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page