Go to Contents Go to Navigation

La Corée du Sud a du mal à faire face au nombre croissant de demandes d'asile

National 16.06.2019 à 15h52

SEOUL, 16 juin (Yonhap) -- Plus de 20.000 demandes d'asile ont été reçues mais seulement 81 fonctionnaires sont chargés de les examiner, a fait savoir ce dimanche le Centre pour les droits des réfugiés (NANCEN), une organisation locale, citant des données du ministère de la Justice.

Selon l'organisation, un total de 16.173 personnes ont fait une demande d'asile en Corée du Sud l'année dernière, contre 9.942 en 2017.

Le nombre de demandeurs d'asile en Corée du Sud a fortement augmenté ces dernières années à la suite des conflits prolongés en Syrie et au Yémen, selon des responsable du ministère de la Justice. Il y a eu 2.896 demandes en 2014, 5.711 en 2015 et 7.541 en 2017.

L'an passé, seulement 38 fonctionnaires étaient chargés d'examiner les dossiers de candidature. Ils ont examiné 3.879 dossiers sur les 16.173 déposés.

Le ministère de la Justice a augmenté le nombre de ces fonctionnaires à 81 cette année, qui doivent examnier 21.314 demandes, soit plus de 260 par personne.

Selon NANCEN, l'examen initial d'une candidature a pris en moyenne plus de dix mois l'année dernière. De plus, seulement quelques-uns des demandeurs d'asile ont obtenu le statut de réfugié.

Des 3.879 demandeurs pour lesquels une décision a été prise en 2018, seulement 144, soit 3,7%, ont obtenu le statut de réfugié. En avril 2019, 19 personnes sur 1.238 ont été désignées réfugiés par le gouvernement.

La Corée du Sud a commencé à accepter des demandes d'asile en 1994 après avoir signé la Convention relative au statut des réfugiés, la Convention de Genève, en 1992. Le pays a adopté la Loi sur les réfugiés en 2013, devenant le premier pays asiatique à adopter une telle loi.

La Corée du Sud a du mal à faire face au nombre croissant de demandes d'asile - 1

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page