Go to Contents Go to Navigation

(LEAD) La normalisation au Parlement échoue suite à l'opposition du PLC

Actualités 24.06.2019 à 19h56

SEOUL, 24 juin (Yonhap) -- Les partis rivaux ne sont pas parvenus ce lundi à normaliser les opérations à l'Assemblée nationale après que le Parti Liberté Corée (PLC) a décidé de rejeter l'accord convenu plus tôt entre les chefs de file des partis.

L'accord avait pour but de sortir de l'impasse parlementaire qui dure depuis près de trois mois.

La chef du PLC à l'Assemblée nationale Na Kyung-won a fait savoir que son parti a décidé que l'accord manquait de détails et qu'il était donc difficile de l'approuver.

«(L'accord) ne devait être appliqué qu'à la condition d'obtenir le consentement du parti. Des membres de notre parti ont estimé que l'accord doit être plus clair», a-t-elle déclaré à la presse.

Le vote sur le budget supplémentaire de 6.700 milliards de wons (5,6 milliards de dollars) et d'autres projets de loi reste donc bloqué pour le moment.

L'Assemblée nationale a tenu ce lundi sa première session plénière depuis le 5 avril, en l'absence du PLC.

Au cours de la session, le Premier ministre Lee Nak-yon a fait un discours sur le budget, appelant au passage rapide du budget supplémentaire pour permettre au gouvernement d'effectuer des dépenses budgétaires supplémentaires au plus tard en juillet.

«Je pense que les partis au pouvoir et d'opposition conviennent de la nécessité d'empêcher une contraction de l'économie, d'aider les gens et de renforcer les mesures de sécurité», a déclaré Lee.

Plus tôt, le Parti Démocrate (PD), le Parti Liberté Corée (PLC) et le Parti Bareunmirae (PB) étaient parvenus à un accord de dernière minute pour établir le calendrier d'une session supplémentaire en juin et normaliser le fonctionnement du Parlement.

Les tensions avaient commencé quand le PD et trois partis mineurs de l'opposition ont tenté fin avril d'accélérer l'adoption de projets de réforme judiciaire et politique, malgré les objections du PLC.

Les projets de loi en question comprenaient un projet de loi de réforme électorale, une proposition visant à mettre en place une unité spéciale chargée d'enquêter sur les hauts fonctionnaires et une mesure visant à ajuster le pouvoir d'enquête entre la magistrature et la police.

«Concernant les projets de loi faisant l'objet d'une procédure accélérée, les partis discuteront de manière exhaustive des propositions de chaque parti et les traiteront conformément à l'esprit de l'accord», indiquait le communiqué conjoint des trois partis.

Des débats animés sont à prévoir à propos du budget supplémentaire, le PLC affirmant qu'il a pour but de créer des emplois afin de gagner des suffrages lors des prochaines élections parlementaires en avril.

Les chefs de file des trois partis se sont excusés pour la prolongation de l'impasse. «Il est très regrettable que le Parlement reste paralysé», a déclaré le chef du PD à l'Assemblée Lee In-young.

Lee In-young (au centre), chef de file du Parti Démocrate, lit le communiqué conjoint de l'accord de normalisation du fonctionnement de l'Assemblée nationale ce lundi 24 juin 2019, flanqué de ses homologues du PLC et du Parti Bareunmirae.

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page