Go to Contents Go to Navigation

(LEAD) Séoul propose une enquête internationale sur l'allégation de Tokyo concernant les matériaux stratégiques

National 12.07.2019 à 15h56
Kim You-geun

SEOUL, 12 juil. (Yonhap) -- Le Conseil de sécurité nationale (NSC) de Cheong Wa Dae a proposé ce vendredi une enquête formelle par un panel des Nations unies ou une autre organisation internationale sur la revendication du Japon selon laquelle Séoul serait négligent dans la gestion de matériaux stratégiques.

«Afin de mettre fin à une polémique inutile, nous proposons de demander à un groupe d'experts du Conseil de sécurité des Nations unies ou à une organisation internationale pertinente une enquête impartiale sur les cas de violation par la Corée du Sud et le Japon des quatre grands régimes de contrôle des exportations», a déclaré Kim You-geun, directeur adjoint du Bureau de la sécurité nationale, dans un point de presse.

«Le gouvernement sud-coréen continue à respecter totalement les sanctions du Conseil de sécurité des Nations unies contre la Corée du Nord en tant que membre de l'ONU», a assuré Kim.

«Nous regrettons fortement que de hautes personnalités japonaises tiennent des propos irresponsables faisant allusion à la violation dans la gestion des exportations et au non-respect des sanctions par notre gouvernement sans fondements clairs», a-t-il poursuivi.

S'il s'avère que le gouvernement sud-coréen a commis des infractions, il présentera des excuses et prendra immédiatement des mesures rectificatives, a promis l'officiel.

Si l'innocence de Séoul est prouvée, le Japon devra présenter des excuses et retirer immédiatement sa restriction d'exportations, a souligné Kim qui dirige le secrétariat du NSC.

Il s'agit de la dernière réponse de Séoul face à la restriction d'exportations du Japon contre la Corée concernant des matériaux chimiques clés utilisés dans les puces mémoire et smartphones.

Des officiels japonais ont ouvertement remis en question la gestion par la Corée du Sud de matériaux importés. Certains médias japonais ont aussi rapporté des rumeurs selon lesquelles des matériaux auraient été expédiés en contrebande depuis la Corée du Sud à plusieurs occasions.

Séoul a rejeté l'accusation de Tokyo en la qualifiant d'infondée et politiquement motivée pour justifier sa restriction commerciale considérée comme une mesure de représailles économiques suite à un conflit diplomatique lié à l'histoire.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page