Go to Contents Go to Navigation

Le Japon aurait exporté des produits interdits vers la Corée du Nord, selon des rapports de l'ONU

Actualités 14.07.2019 à 15h32
Un rapport de l'ONU de 2016 montrant les antennes radars japonaises soupçonnées d'être exportées clandestinement en Corée du Nord en violation des sanctions internationales.
Un rapport de l'ONU de 2015 montrant le drone nord-coréen découvert au Sud et dont certaines pièces détachées étaient fabriquées au Japon.

SEOUL, 14 juil. (Yonhap) -- Le Japon a exporté certains articles stratégiques et produits de luxe vers la Corée du Nord durant plusieurs dernières années en violation des sanctions internationales, ont révélé dimanche des rapports des Nations unies (ONU).

D'après dix rapports rédigés par un groupe d'experts de l'ONU entre 2010 et 2019, des produits interdits dont des équipements sensibles et produits de luxe ont été exportés à plusieurs reprises du Japon en Corée du Nord malgré les sanctions de l'ONU.

La révélation intervient à l'heure où le Japon accuse la Corée du Sud d'avoir transféré des matériaux industriels sensibles vers le Nord, pour semblerait-il justifier sa restriction d'exportations imposée contre Séoul pour contester la décision de la Cour suprême sud-coréenne en faveur des victimes sud-coréennes du travail forcé pratiqué par les entreprises japonaises pendant la période coloniale.

Selon un rapport de 2016, des antennes radar commerciales produites par un fabricant japonais ont été acquises et adaptées par Pyongyang sur ses navires militaires. Certaines d'entre elles ont été observées durant le test d'un missile antinavire effectué par le Nord et publié dans le Rodong Sinmun, journal officiel nord-coréen, en février 2015.

Dans un rapport de 2015, le groupe d'experts a identifié que certaines pièces proscrites fabriquées par le Japon ont été utilisées dans un drone nord-coréen lors de l'examen de l'épave retrouvée sur l'île sud-coréenne Baenyeong dans la mer Jaune.

Tokyo a également exporté des produits de luxe vers Pyongyang, en particulier entre 2008 et 2009. Parmi ces produits, ont figuré 18 berlines de luxe Mercedes-Benz et Lexus, 10.000 cigarettes, 12 bouteilles de saké, 93 pianos et de multiples produits cosmétiques, selon un autre rapport.

En citant ces cas, le groupe d'experts a appelé «une vigilance» des Etats membres et «une coopération étroite» entre eux.

Les rapports ne montrent pas que la Corée du Sud a violé les sanctions de l'ONU imposées contre le Nord, comme le prétend Tokyo.

Dans le cadre des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU, la fourniture, la vente ou le transfert vers Pyongyang de matériel relatif à l'armement sont interdits. Tous les Etats membres sont également tenus de ne pas fournir, vendre ou transférer de manière directe ou indirecte des produits de luxe en Corée du Nord.

La semaine dernière, le député Ha Tae-keung du parti d'opposition Bareunmirae a révélé que les autorités japonaises avaient détecté des entreprises japonaises qui auraient introduit clandestinement en Corée du Nord des produits stratégiques, s'appuyant sur les données du Centre d'information sur le contrôle commercial de la sécurité, une organisation japonaise qui traque les données sur les contrôles à l'exportation.

eloise@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page