Go to Contents Go to Navigation

Conflit commercial : Séoul enverra un haut officiel du ministère du Commerce à l'OMC

Actualités 22.07.2019 à 10h00
Conflit commercial : Séoul enverra un haut officiel du ministère du Commerce à l'OMC - 1
Kim Seung-ho, directeur général en charge de la stratégie pour le nouvel ordre commercial du ministère du Commerce, de l'Industrie et de l'Energie. (Photo d'archives Yonhap)

SEOUL, 22 juil. (Yonhap) -- Kim Seung-ho, vice-ministre adjoint du Commerce, de l'Industrie et de l'Energie en charge des affaires commerciales et juridiques internationales, participera à une réunion du Conseil général de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) qui aura lieu mardi et mercredi (heure suisse) à Genève, a fait savoir ce lundi son ministère.

Au cours de la réunion, Kim présentera la position de Séoul au sujet de la restriction commerciale imposée récemment par le gouvernement japonais contre la Corée du Sud. Il projette notamment de souligner la non-conformité de la décision de Tokyo aux règles de l'OMC et la nécessité de retirer cette mesure susceptible d'avoir un impact important sur les chaînes d'approvisionnement mondiales.

Normalement, les pays membres sont représentés par le chef de leur mission permanente à Genève au Conseil général de l'OMC mais Séoul a décidé d'envoyer à la réunion le haut officiel compte tenu de la gravité du dossier. Le gouvernement japonais dépêchera aussi un directeur général du ministère des Affaires étrangères.

Le Conseil général de l'OMC rassemble les représentants des 164 pays membres pour discuter et traiter de grands sujets d'actualité. Il fait office d'organe de décision suprême en dehors de la période pendant laquelle se tient la conférence ministérielle biennale de l'OMC.

Les tensions diplomatiques et économiques sont en train de s'exacerber entre les deux pays voisins après que Tokyo a renforcé les contrôles sur les exportations vers la Corée du Sud de matériaux de haute technologie cruciaux dans la production de semi-conducteurs et d'écrans, vraisemblablement en représailles à des verdicts rendus l'année dernière par la Cour suprême sud-coréenne sur le travail forcé pratiqué par le Japon en temps de guerre.

Le Japon a aussi averti qu'il retirerait la Corée du Sud de la «liste blanche» des pays importateurs fiables.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page