Go to Contents Go to Navigation

Séoul met en garde Tokyo contre l'exacerbation du conflit commercial en cas de nouvelles restrictions

Actualités 23.07.2019 à 10h59
Kim Seung-ho, vice-ministre adjoint du Commerce, de l'Industrie et de l'Energie en charge des affaires commerciales et juridiques internationales, le 22 juillet 2019 à l'aéroport international d'Incheon pour se dirger vers Genève où il participera à une réunion du Conseil général de l'Organisation mondiale du commerce.

SEOUL, 23 juil. (Yonhap) -- Le plan du Japon de retirer la Corée du Sud de sa «liste blanche» d'acheteurs bénéficiaires de sa confiance exacerbera davantage le conflit commercial entre Séoul et Tokyo, a estimé ce mardi Kim Seung-ho, vice-ministre adjoint du Commerce, de l'Industrie et de l'Energie en charge des affaires commerciales et juridiques internationales.

Plus tôt ce mois-ci, le gouvernement japonais a renforcé ses restrictions sur les exportations vers la Corée du Sud de trois matériaux de haute technologie utilisés dans la production de semi-conducteurs et d'écrans d'affichage.

Le gouvernement japonais reste ferme aussi dans son intention d'exclure dans les semaines à venir la quatrième économie d'Asie de sa liste blanche des pays bénéficiant de procédures préférentielles pour les exportations même si Séoul continue à appeler à tenir des discussions.

A l'approche de sa participation à une réunion du Conseil général de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), le vice-ministre adjoint du Commerce a déclaré aux journalistes que le Japon violerait d'autres règles commerciales mondiales s'il étend ses restrictions commerciales vers d'autres domaines.

«Les restrictions d'exportations du Japon sur les trois matériaux industriels constituaient déjà des violations claires de règles de l'OMC et le gouvernement japonais ne doit pas prendre d'action», a-t-il martelé.

A la demande de Séoul, la question du durcissement des réglementations du Japon a été officiellement mise à l'ordre du jour de la prochaine réunion du Conseil général de l'OMC, le plus haut organe de décision de l'organisation après sa conférence ministérielle biennale, selon le ministère.

A la réunion, Kim projette de souligner que les dernières restrictions commerciales japonaises ne sont pas conformes aux règles de l'OMC et de demander aux autres pays de se joindre aux efforts pour appeler Tokyo à retirer la mesure susceptible d'avoir un impact important sur les chaînes d'approvisionnement mondiales.

«Du point de vue d'un officiel commercial, les mesures japonaises sont loin d'être raisonnables», a estimé Kim en ajoutant qu'il réfutera les revendications du Japon de manières «ferme et digne».

Le Japon critique la Corée du Sud pour avoir mis en place un système laxiste concernant les contrôles des produits susceptibles d'être détournés à des fins militaires, d'où la nécessité de renforcer les restrictions d'exportations contre la Corée du Sud.

Cela dit, de nombreux observateurs estiment que la décision de Tokyo est une mesure de représailles politiquement motivée suite à des verdicts rendus l'année dernière par la Cour suprême sud-coréenne au sujet du travail forcé en temps de guerre.

Séoul a expliqué à plusieurs reprises ses contrôles des exportations de produits stratégiques et non stratégiques et affirmé qu'il s'agirait d'une mesure «injuste et infondée» de retirer la Corée du Sud de la liste japonaise des partenaires commerciaux préférentiels sans fournir aucun exemple concret montrant que les contrôles étaient inappropriés.

Cette exclusion de la liste qui pourrait toucher pas moins de 1.000 articles exigerait que les entreprises japonaises demandent à chaque fois une autorisation pour exporter des produits vers la Corée du Sud, une procédure susceptible de retarder ou perturber l'approvisionnement.

Kim a dit que son pays examinerait l'éventualité de déposer une plainte auprès de l'OMC pour les restrictions japonaises après les résultats de la réunion du Conseil général.

Le gouvernement sud-coréen a dit plus tôt avoir entamé un examen juridique en vue de déposer une plainte même s'il n'a pas encore fixé de calendrier détaillé.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page