Go to Contents Go to Navigation

Aide alimentaire au Nord : Séoul s'assure de la position de Pyongyang

Corée du Nord 24.07.2019 à 11h39

SEOUL, 24 juil. (Yonhap) -- La Corée du Sud cherche à confirmer la position officielle de Pyongyang sur l'aide alimentaire de Séoul après que des médias ont rapporté que la Corée du Nord pourrait refuser de la recevoir à cause de l'exercice militaire sud-coréano-américain prévu, a déclaré mercredi le ministère de l'Unification.

Plus tôt dans la journée, des journaux locaux ont rapporté que la livraison de 50.000 tonnes d'aide alimentaire promise par la Corée du Sud avançait lentement du fait de l'attitude peu coopérative du Nord en raison de la manœuvre militaire conjointe des alliés.

Le gouvernement a dévoilé en juin un plan d'aide pour fournir du riz via le Programme alimentaire mondial (PAM) afin d'aider le Nord à répondre à l'aggravation de la pénurie alimentaire. Il cherche à effectuer ce mois-ci la première expédition de riz récolté localement vers le Nord et à terminer la livraison en septembre.

«Le PAM a appris que le Nord avait une telle position en interne lors du processus de discussions de niveau opérationnel», a indiqué le ministère dans un communiqué, en se référant aux rapports de médias. «Le gouvernement cherche à confirmer la position officielle nord-coréenne sur la question via le PAM.»

Hier, un officiel du ministère a dit que l'ensemble de la procédure pour la livraison de l'aide prenait plus temps que prévu, en se gardant de confirmer si l'expédition pourra débuter ce mois-ci.

Selon un rapport rédigé plus tôt par le PAM et l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), la production agricole du pays a atteint son plus bas niveau l'année dernière depuis 2008, ajoutant que près de 10 millions de personnes, ou 40% de sa population, ont un besoin urgent de nourriture.

La Corée du Nord a renforcé progressivement ses critiques sur la manœuvre militaire conjointe des alliés. Son ministère des Affaires étrangères a averti la semaine dernière que cet exercice pourrait affecter la perspective d'avenir des discussions nucléaires entre groupes de travail, qui ont été convenues le 30 juin par le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un et le président américain Donald Trump lors de leur rencontre surprise à Panmunjom.

(Photo d'archives Yonhap)

mjp@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page