Go to Contents Go to Navigation

Plus de 6 Coréens sur 10 participent au boycott des produits japonais

Economie 25.07.2019 à 16h29

SEOUL, 25 juil. (Yonhap) -- Plus de six Sud-Coréens sur 10 ont dit prendre part actuellement au boycott des produits japonais dans un contexte d'accentuation du ressentiment du public face aux restrictions d'exportations du Japon, a révélé jeudi un sondage réalisé hier par Realmeter.

Selon le sondage mené auprès de 504 adultes à travers le pays, 62,8% ont répondu participer au boycott antijaponais. Le chiffre montre une augmentation progressive par rapport aux deux précédentes enquêtes.

Le taux de participation au boycott a été de 48% dans le premier sondage du même genre, réalisé le 10 juillet par Realmeter, avant de s'élever à 54,6% dans le deuxième mené le 17 juillet. Le sondage comporte une marge d'erreur de 4,4 points de pourcentage avec un niveau de confiance de 95%.

Boycott des produits japonais

Les chercheurs de Realmeter ont dit que le bond de 14,8 points de pourcentage du taux de participation durant les deux dernières semaines illustre une propagation rapide du boycott antijaponais parmi les consommateurs sud-coréens.

Le sentiment en faveur du boycott a été observé chez la majorité des hommes et des femmes de tous les âges et des différentes régions, à l'exception des partisans du principal parti d'opposition, le Parti Liberté Corée (PLC), et autres conservateurs. La plupart des supporters du PLC ne prenaient pas part au boycott, alors que l'opinion était divisée même parmi les conservateurs.

Selon Realmeter, 68,8% des sondés ont déclaré qu'ils participeraient au boycott antijaponais, mais 26,4% avaient exclu cette possibilité.

Le boycott des produits japonais se répand en ce moment parmi les consommateurs coréens après que le Japon a commencé le 4 juillet à appliquer des restrictions d'exportations vers la Corée du Sud de trois matériaux clés utilisés pour la production de puces mémoire et d'écrans d'affichage suite à des décisions de la Cour suprême sud-coréenne sur la question du travail forcé en temps de guerre.

Hier, les membres de l'Union de solidarité des livreurs ont déclaré qu'ils refuseraient de livrer les produits de la marque japonaise de vêtements Uniqlo. De même, les employés d'E-Mart, Lotte Mart et Homeplus, qui sont membres du Syndicat coréen des supermarchés, ont annoncé qu'ils ne donneraient pas aux consommateurs de conseils sur les produits japonais.

mjp@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page