Go to Contents Go to Navigation

Séoul cherche le soutien de Washington dans le conflit commercial avec Tokyo

Economie 26.07.2019 à 10h46
Yoo Myung-hee et Bill Flores
Avec le président de la SIA

SEOUL, 26 juil. (Yonhap) -- La ministre en charge des négociations commerciales Yoo Myung-hee a rencontré cette semaine plusieurs personnalités des milieux d'affaires et politiques américains alors que Séoul déploie de grands efforts pour obtenir le soutien de pays alliés importants dans le conflit commercial avec Tokyo, a fait savoir ce vendredi son ministère.

Yoo s'est rendue à Washington pour rencontrer des officiels américains afin de souligner que les restrictions commerciales japonaises contre la Corée du Sud pourraient perturber la chaîne d'approvisionnement mondiale et avoir un impact négatif non seulement sur des entreprises asiatiques mais aussi sur des sociétés américaines.

La ministre a rencontré de nombreuses personnalités politiques et économiques dont le secrétaire américain au Commerce Wilbur Ross et le député démocrate Eliot Engel (NY), président de la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants des Etats-Unis, selon le ministère.

Yoo a demandé au gouvernement américain de prendre les actions nécessaires pour conduire le Japon à retirer ses mesures, a indiqué le ministère.

Le secrétaire américain au Commerce a reconnu l'impact négatif des mesures du Japon sur la chaîne d'approvisionnement mondiale et les industries américaines et a promis de jouer le rôle nécessaire.

Yoo s'est également entretenue avec un groupe d'associations commerciales américaines qui a envoyé plus tôt cette semaine une lettre aux ministères du Commerce de la Corée du Sud et du Japon pour souligner que les restrictions d'exportations du Japon pourraient saper la chaîne d'approvisionnement mondiale et entraîner des dégâts à long terme sur le secteur manufacturier mondial.

Le 4 juillet, le Japon a durci sans préavis ses contrôles sur les exportations vers la Corée du Sud de trois matériaux qui sont cruciaux dans la production de semi-conducteurs et d'écrans, deux produits clés de la quatrième économie d'Asie.

Tokyo avance que la décision a été prise en raison du système sud-coréen laxiste de contrôle des exportations sur les produits susceptibles d'être détournés à des fins militaires par des pays tiers, faisant allusion à la Corée du Nord.

Séoul qui rejette les allégations est persuadé que cette décision est une mesure de représailles économiques suite à des verdicts rendus l'année dernière par la Cour suprême sud-coréenne qui a ordonné à des sociétés japonaises de dédommager des victimes sud-coréennes du travail forcé pratiqué par le Japon au cours de la Deuxième Guerre mondiale. La péninsule coréenne a été sous le joug colonial japonais de 1910 à 1945.

Le Japon s'apprête aussi à retirer la Corée du Sud de la «liste blanche» des pays importateurs bénéficiant de sa confiance, ce qui pourrait affecter pas moins de 1.000 articles industriels.

Séoul a envoyé plus tôt cette semaine une lettre protestant contre ce plan de Tokyo et appelé à la levée immédiate des restrictions en place et à venir.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page