Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Missiles nord-coréens : le Conseil de sécurité de l'ONU va se rassembler

Actualités 01.08.2019 à 10h24

WASHINGTON, 31 juil. (Yonhap) -- Le Conseil de sécurité des Nations unies (ONU) se rassemblera jeudi à huis clos pour discuter des récents tirs de missiles de la Corée du Nord, ont rapporté mercredi des médias.

La réunion aura lieu à la demande de la Grande-Bretagne, de l'Allemagne et de la France après que le Nord a lancé deux missiles de courte portée plus tôt le même jour, ont dit des diplomates, cités par Reuters.

En s'appuyant sur une source du Conseil, l'agence de presse russe TASS a déclaré que la rencontre aurait lieu avant midi.

Nouveau missile nord-coréen

Les résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies (UNSCR) interdisent à la Corée du Nord tout lancement de missile balistique.

Le Comité des chefs d'état-major interarmées (JCS) de la Corée du Sud a estimé que les missiles lancés mercredi ont parcouru environ 250 km à une altitude d'environ 30 km.

Le Nord a tiré des missiles similaires jeudi de la semaine dernière, en disant qu'ils ont envoyé un avertissement «solennel» à la Corée du Sud pour son plan d'effectuer des exercices militaires avec les Etats-Unis en août.

Ces missiles ont été identifiés comme des KN-23, la version nord-coréenne du missile balistique Iskander de la Russie.

Le Conseil discutera des lancements de missiles nord-coréens pour la première fois depuis que les efforts diplomatiques pour dénucléariser le régime ont commencé au printemps 2018.

Les dernières UNSCR en réponse aux essais nucléaires et balistiques du Nord ont été adoptées unanimement en décembre 2017 après un tir de missile balistique intercontinental (ICBM) le mois précédent.

Le texte rédigé par les Etats-Unis comprenait des sanctions plus sévères contre le régime, incluant une restriction plus stricte sur ses importations de produits pétroliers raffinés et une demande à tous les pays membres de l'ONU d'expulser les travailleurs nord-coréens dans les 24 mois.

La Grande-Bretagne, la France, la Chine et la Russie sont des membres permanents du Conseil, disposant du droit de véto, alors que l'Allemagne est actuellement un membre non-permanent.

L'Allemagne préside le comité de l'ONU chargé de surveiller l'application des sanctions contre la Corée du Nord. Après les essais balistiques de la semaine dernière, il a été rapporté que Berlin a condamné tous les lancements de missiles balistiques du régime, qui sont une violation grave des UNSCR, et a demandé à Pyongyang de s'abstenir de provocations et de respecter les résolutions.

mjp@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page