Go to Contents Go to Navigation

(LEAD) Le diplomate nord-coréen disparu a quitté l'Italie et est sous protection

National 01.08.2019 à 15h59
Suh Hoon, directeur du NIS, lors d'une réunion de la commission du renseignement de l'Assemblée nationale le 1er août 2019.
Jo Song-gil, ancien chargé d'affaires à l'ambassade de Corée du Nord en Italie. (Photo d'archives Yonhap)

SEOUL, 01 août (Yonhap) -- Jo Song-gil, ancien diplomate nord-coréen en Italie qui a disparu l'année dernière, a quitté le pays européen et est actuellement sous protection, a rapporté ce jeudi à des députés le Service national du renseignement (NIS).

Jo a quitté son poste de chargé d'affaires à l'ambassade de Corée du Nord à Rome en novembre 2018 avant de disparaître avec son épouse pour vraisemblablement demander l'asile politique.

«Il a quitté l'Italie et est protégé quelque part», a déclaré Lee Eun-jae, députée du Parti Liberté Corée (PLC), principale formation d'opposition, après une réunion à huis clos avec Suh Hoon, directeur du NIS. Elle n'a pas donné d'autres détails.

«(Le NIS) n'a pas dit que le gouvernement sud-coréen le protégeait. Compte tenu de l'expression "quelque part", ce serait un pays tiers», a-t-il ajouté.

Le gouvernement italien a affirmé plus tôt ne pas avoir reçu de demande d'asile de la part de Jo. Des observateurs diplomatiques ont évoqué la possibilité que Jo soit dans un autre pays européen.

Au cours de la réunion, l'agence de renseignement a également dit que la Corée du Nord pourrait effectuer de nouveaux lancements de missiles dans le courant de ce mois-ci avant de reprendre les négociations de dénucléarisation avec les Etats-Unis, selon les députés.

Pyongyang a annoncé plus tôt dans la journée avoir testé hier un nouveau système de roquettes, une annonce contrastant avec l'évaluation établie plus tôt par Séoul selon laquelle il a tiré deux missiles balistiques de courte portée.

Il s'agissait des deuxièmes tirs nord-coréens en moins d'une semaine. Pyongyang avait lancé deux missiles balistiques de courte portée jeudi dernier et plusieurs projectiles dont des missiles de courte portée, en direction de la mer de l'Est au début de mai.

«Nous sommes en train de surveiller de près la situation en raison de la possibilité de voir la Corée du Nord procéder à un autre tir de missile en août pour améliorer les capacités des missiles et exprimer son mécontentement», a dit le NIS selon les députés.

Comme possible raison des «protestations» de la Corée du Nord, l'agence a cité l'acquisition de chasseurs furtifs F-35 par la Corée du Sud et les prochains exercices militaires conjoints avec les Etats-Unis.

«Il y aurait une nécessité pratique pour la Corée du Nord d'accélérer l'amélioration de son système d'armes avant de relancer les discussions nucléaires avec les Etats-Unis», a-t-elle ajouté.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page