Go to Contents Go to Navigation

Le boycott des produits japonais s'étend au secteur culturel

Actualités 05.08.2019 à 18h27

SEOUL, 05 août (Yonhap) -- Le boycott des produits japonais en Corée du Sud s'est étendu au secteur culturel, avec pour victimes les films et livres japonais.

Certains consommateurs sud-coréens ont entamé un boycott des produits japonais en représailles des restrictions japonaises sur les exportations en Corée du Sud de certains produits de haute technologie. Le Japon a également retiré la semaine dernière la Corée du Sud de sa liste blanche des pays bénéficiant de procédures d'exportation facilitées.

Le boycott portait jusqu'à présent principalement sur les vêtements et les boissons japonaises ainsi que sur le tourisme mais semble désormais aussi concerner le secteur culturel.

Le film d'animation japonais «Doraemon» a fait les frais du climat délétère entre les deux pays.

Le film «Doraemon: Nobita's Chronicle of the Moon Exploration» devait sortir le 14 août en Corée du Sud mais sa sortie a été reportée indéfiniment la semaine dernière.

Un autre film d'animation japonais, «Butt Detective the Movie», a aussi été pris pour cible. Depuis sa sortie le 11 juillet, le film n'a attiré que 134.000 spectateurs et ses ventes chutent, les internautes sud-coréens donnant au film un mauvais score et écrivant des avis négatifs sur divers sites Internet.

Un autre film d'animation du pays du soleil levant, «Detective Conan: The Fist of Blue Sapphire», collectionne les avis négatifs en ligne.

Le conseil municipal de la ville de Jecheon est allé jusqu'à demander le retrait des oeuvres japonaises aux organisateurs du 15e Festival international de la musique et du film de Jecheon. Le festival débutera jeudi pendant six jours. Y seront présentés 127 films musicaux, dont certains du Japon.

Le domaine de l'édition et des beaux-arts est lui aussi touché.

Depuis le début du mois dernier, la publication d'un certain nombre de livres japonais a été interrompue, y compris une nouvelle édition de la série Irabu de l'écrivain japonais Hideo Okuda, qui a été traduit et publié en coréen en 2005 par Eunhaeng-namu Publishing. Avant le boycott, le titre s'est vendu à plus d'un million d'exemplaires en Corée du Sud, l'un des plus grands marchés pour les livres japonais en dehors du Japon.

Une autre maison d'édition, Gimmyoung, a planifié la venue en Corée du Sud de l'écrivain japonais montant Masashi Matsuie à la fin du mois d'août mais est en train de reconsidérer son voyage face à l'accélération du boycott des consommateurs.

Korea International Art Fair, l'une des plus grandes expositions d'art en Corée du Sud, a également remplacé l'exposition prévue d'œuvres d'art par l'artiste contemporain japonais Yayoi Kusama, mondialement célèbre, par d'autres œuvres pour sa prochaine édition en septembre.

Appel au boycott des produits japonais le 30 juillet 2019 à Séoul.

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page