Go to Contents Go to Navigation

Tokyo dévoilera demain les produits concernés par ses nouvelles restrictions d'exportations

Economie 06.08.2019 à 16h27

SEOUL, 06 août (Yonhap) -- Le Japon devrait annoncer demain les produits qui seront touchés par ses restrictions plus sévères sur les exportations vers la Corée du Sud en plus des trois matériaux clés essentiels à la production de semi-conducteurs et d'écrans, ont fait savoir mardi des sources gouvernementales.

La semaine dernière, le Japon a supprimé la Corée du Sud de la soi-disant liste blanche de ses partenaires commerciaux dignes de confiance dans le cadre de sa deuxième mesure de représailles autour du travail forcé en temps de guerre, après avoir imposé des restrictions d'exportations le 4 juillet sur les exportations vers la Corée du Sud de trois matériaux chimiques, dont le gaz de gravure.

Auparavant, les entreprises japonaises expédiant des matériaux industriels vers la Corée du Sud devaient obtenir tous les trois ans une autorisation de leur gouvernement avec une exception pour les produits pouvant être utilisés à des fins militaires.

Désormais, les entreprises japonaises doivent obtenir une autorisation gouvernementale pour chaque expédition, incluant les articles non sensibles. Ce processus devrait durer environ 90 jours. Les éventuels ralentissements auront des impacts négatifs sur la Corée du Sud, qui dépend fortement des importations de matériaux et d'équipements du Japon.

Tokyo prévoit de fournir mercredi des détails sur des articles figurant parmi les quelque 1.100 désignés par le Japon comme des matériaux stratégiques, dont 850 produits non sensibles, qui feront l'objet de procédures plus longues lorsqu'ils seront envoyés vers la Corée du Sud, en plus des trois matériaux.

«Lorsque le gouvernement japonais donnera des détails sur les produits qui feront l'objet d'une autorisation individuelle, nous pourrons estimer nous aussi les impacts (des restrictions d'exportations du Japon)», a dit un officiel du ministère du Commerce, de l'Industrie et de l'Energie.

Cependant, les entreprises japonaises répondant au «programme de conformité» pourront faire du commerce avec la Corée du Sud selon le processus simplifié malgré la suppression de la Corée du Sud de la liste blanche.

Cette mesure permet également à la Chine et à Singapour, qui ne figurent pas sur la liste japonaise, de faire du commerce librement avec les entreprises japonaises sélectionnées.

Dans un contexte d'accentuation du conflit commercial entre les deux voisins asiatiques, le Japon affirme que ses décisions étaient inévitables à cause du contrôle laxiste des exportations de la Corée du Sud sur des matériaux sensibles qui pourraient entrer dans un pays tiers.

Séoul a réfuté la revendication de Tokyo, en disant que ces mesures sont des représailles économiques contre des verdicts rendus par la Cour suprême sud-coréenne d'ordonner à des entreprises japonaises d'indemniser des victimes coréennes du travail forcé durant la colonisation de la Corée par le Japon (1910-1945). Pendant la Seconde Guerre mondiale, beaucoup de Coréens ont été forcés à travailler dans des usines et mines japonaises.

Tokyo dévoilera demain les produits concernés par ses nouvelles restrictions d'exportations - 1

mjp@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page