Go to Contents Go to Navigation

Séoul insistera sur la formation pour faire face aux restrictions japonaises

Economie 09.08.2019 à 15h31

SEOUL, 09 août (Yonhap) -- Le gouvernement sud-coréen a déclaré vendredi qu'il encouragerait les universités locales à former des experts des nouveaux matériaux industriels et renforcerait les cours d'histoire dans les écoles primaires et secondaires afin de faire face aux restrictions d'exportations du Japon.

Ces mesures, élaborées par le ministère de l'Education, ont été discutées lors d'une réunion ministérielle sur les affaires sociales présidée par la ministre de l'Education, Yoo Eun-hae, au complexe gouvernemental à Séoul.

Selon les mesures, le gouvernement incitera les universités locales à introduire l'année prochaine des matières interdisciplinaires et convergentes pour développer des talents dans les domaines des matériaux, pièces détachées et équipements avancés, où la dépendance de la Corée du Sud à l'égard des importations japonaises est forte et l'écart technologique grand.

La majorité des nouvelles matières seront destinées aux étudiants de troisième et quatrième années afin d'améliorer la formation des ingénieurs, ont dit des officiels du ministère.

La vice-Première ministre des Affaires sociales et ministre de l'Education, Yoo Eun-hae (à dr.), préside une réunion ministérielle au complexe gouvernemental à Séoul, le vendredi 9 août 2019, pour discuter de contre-mesures face aux restrictions d'exportations du Japon.

Le ministère de l'Education envisage d'associer sa politique de formation de talents dans les hautes technologies à des programmes d'aide financière pour encourager une coopération plus active avec les universités locales, ont-ils indiqué.

Cette décision a été prise après que le gouvernement du président Moon Jae-in et le parti au pouvoir, le Parti démocrate, ont promis leur plein soutien pour aider les entreprises sud-coréennes à dépasser leurs homologues japonais dans l'approvisionnement de matériaux et pièces détachées de haute technologie sur fond d'accentuation du conflit commercial entre les deux pays voisins.

Pour aller dans ce sens, le ministère de l'Education demandera aux écoles primaires et secondaires de renforcer le mois prochain l'éducation concernant l'histoire dès le début du second semestre.

Il créera également un réseau local d'experts de l'histoire de l'Asie du Nord-Est afin de promouvoir la recherche sur l'histoire commune de la Corée et du Japon, les conflits historiques qui sont en suspens et les manières de les régler. Et pour les citoyens, il organisera des conférences sur l'histoire de l'Asie du Nord-Est et développera et distribuera des livres d'histoire.

«Le peuple coréen a surmonté des difficultés et des crises. (Le gouvernement) réagira fermement face aux restrictions d'exportations du Japon», a déclaré la ministre lors de la réunion. «Plusieurs défis sont devant nous. Nous surmonterons avec confiance et de manière calme les crises et ouvrirons une ère de développement et de croissance.»

Par ailleurs, le ministère de l'Egalité hommes-femmes et de la Famille a indiqué durant la réunion qu'il chercherait à organiser divers événements commémoratifs, dont des expositions, projections de films et manifestations culturelles à l'occasion du jour des «femmes de réconfort», le 14 août. D'après des historiens, pas moins de 200.000 femmes, dont la plupart étaient des Coréennes, ont été contraintes à la servitude sexuelle dans des bordels japonais en première ligne pendant la Seconde Guerre mondiale, quand la péninsule coréenne était une colonie japonaise.

Le ministère de la Culture, du Sport et du Tourisme a dit qu'il développerait plusieurs nouveaux programmes touristiques locaux, pour se préparer notamment à la baisse des voyages au Japon.

mjp@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page