Go to Contents Go to Navigation

Conflit commercial : plus de la moitié des entreprises anticipent une baisse de leurs ventes

Economie 19.08.2019 à 13h49
Conflit commercial : plus de la moitié des entreprises anticipent une baisse de leurs ventes - 1

SEOUL, 19 août (Yonhap) -- Un peu plus de la moitié des entreprises sud-coréennes prévoient une baisse de leurs ventes suite à la mise en place de restrictions d'exportations par le Japon, a montré ce lundi un sondage réalisé par l'Institut coréen de recherche économique (KERI) auprès de 153 sociétés faisant partie du Top 1000 des entreprises non financières.

D'après le sondage, 51,6% des sociétés interrogées ont déclaré que les restrictions commerciales japonaises auraient un impact négatif sur leurs ventes. Celles-ci ont notamment prévu un recul de 5,7% de leur chiffre d'affaires et une baisse de 3,7% de leur bénéfice d'exploitation.

Cela dit, 48,4% des entreprises ont dit ne pas anticiper d'impact des mesures japonaises sur leurs ventes.

Le secteur des machines a dit s'attendre à une forte chute des ventes (-13,6%), devant les fabricants de produits pétroliers (-7%) et ceux de semi-conducteurs (-6,6%).

Comme mesure à court terme destinée à faire face au durcissement par le gouvernement japonais de ses contrôles sur les exportations vers la Corée du Sud, 53,7% des entreprises ont cité la mise en place de canaux d'importation alternatifs, 15,9% la recherche de composants et matériaux alternatifs, 8,5% la réduction temporaire des activités et 8% la modification du portefeuille de produits.

A long terme, elles ont appelé à s'assurer des canaux d'importation alternatifs dans le pays et à l'étranger (28,8%), localiser la fabrication de composants et matériaux (25%), s'assurer des composants et matériaux alternatifs (14,4%), modifier le portefeuille de produits (11,5%), réduire les activités (4,8%) et délocaliser la base de production (1,4%).

Parmi les tâches que le gouvernement devait mener, 30,9% des sociétés ont cité le soutien pour s'assurer des canaux d'importation alternatifs alors que 23,9% s'attendaient à un soutien financier pour la localisation de la fabrication de composants, 23% à des avantages fiscaux pour les secteurs touchés par les mesures japonaises et 16,6% à un assouplissement des réglementations sur les matériaux chimiques et composants.

Afin de résoudre le conflit économique entre les deux pays, 40,5% des entreprises sondées ont recommandé des négociations diplomatiques entre gouvernements, 21,9% un recours à un mécanisme international de règlement des différends comme l'Organisation mondiale du commerce (OMC), 14,3% une intervention des Etats-Unis et 11,1% la formation d'une opinion internationale.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page