Go to Contents Go to Navigation

Un jour dans l'histoire de la Corée

25 août

1936 -- Le quotidien Dong-A Ilbo publie une photo du médaillé d'or du marathon des Jeux olympiques de Berlin, Sohn Ki-jung, avec le drapeau japonais sur sa poitrine effacé. Sohn a participé à ces JO en tant qu'athlète japonais, la Corée étant passée sous la domination coloniale du Japon. Le régime japonais suspendra le journal, mais autorisera plus tard à nouveau sa publication après le licenciement du journaliste concerné.

1948 -- La Corée du Nord organise une élection générale afin d'établir un gouvernement séparé. La Corée du Sud a tenu sa propre élection en mai de la même année.

1999 -- Le ministère de l'Information et de la Communication annonce que plus de 20 millions de personnes possèdent un téléphone mobile.

2000 -- Le gouvernement publie une liste de 63 prisonniers de conscience qui seront envoyés en Corée du Nord. Emprisonnés pendant la guerre de Corée (1950-1953) et refusant d'accepter le Sud capitaliste comme leur patrie, ils seront transportés par autobus vers le Nord le 2 septembre. Leur rapatriement fait suite au sommet intercoréen de juin, mois où le président sud-coréen Kim Dae-jung et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-il ont accepté de coopérer pour la réunification et d'accroître les échanges économiques et sociaux.

2008 -- Le président Lee Myung-bak tient un sommet avec le président chinois Hu Jintao à Séoul et demande à Pékin de ne pas renvoyer par la force les transfuges nord-coréens par respect de leurs droits fondamentaux.

2009 -- La première fusée spatiale sud-coréenne Naro (KSLV-I) ne parvient pas à placer en orbite un satellite scientifique.

2015 -- Lors d'un dialogue intercoréen de haut niveau, Séoul et Pyongyang parviennent à un accord pour apaiser les tensions dans la péninsule suite à des explosions de mines nord-coréennes qui ont blessés deux soldats sud-coréens dans la Zone démilitarisée (DMZ).

2017 -- La Cour centrale du district de Séoul condamne le vice-président de Samsung Electronics, Lee Jae-yong, à cinq ans de prison ferme, en le reconnaissant coupable d'avoir notamment versé des pots-de-vin et détourné des fonds dans le cadre du retentissant scandale de corruption impliquant également l'ex-présidente Park Geun-hye. Il sera finalement libéré en appel le 5 février 2018 après 353 jours derrière les barreaux.

(FIN)

Accueil Haut de page