Go to Contents Go to Navigation

(2e LD) La Corée du Sud met fin à l'accord de partage de renseignements militaires avec le Japon

Actualités 22.08.2019 à 19h04
Kim You-geun, vice-directeur du bureau de la sécurité nationale, annonce le 22 août la décision du gouvernement de mettre fin à l'Accord de sécurité générale d'informations militaires (GSOMIA) avec le Japon à Cheong Wa Dae.

SEOUL, 22 août (Yonhap) -- La Corée du Sud a décidé ce jeudi de mettre un terme à l'accord bilatéral de partage d'informations militaires classifiées avec le Japon, invoquant un «changement grave» dans les conditions de coopération sécuritaire du fait des restrictions japonaises à l'exportation.

Séoul compte informer Tokyo de la décision avant le 24 août via un canal diplomatique, selon Kim You-geun, vice-directeur du bureau de la sécurité nationale présidentiel.

Le gouvernement a conclu qu'il n'est pas dans l'intérêt national de maintenir l'Accord de sécurité générale d'informations militaires (GSOMIA), qui a été signé dans le but de «partager des informations militaires sensibles», a-t-il indiqué dans un communiqué.

Il a noté que le Japon a supprimé la Corée du Sud de sa liste de partenaires commerciaux de confiance «sans fournir de raison claire», ce qui a abouti à un «changement grave dans les circonstances de coopération sécuritaire entre les deux nations».

Le Japon a seulement parlé de «problème» de sécurité nationale, a-t-il ajouté.

La décision a été prise après la réunion hebdomadaire du comité permanent du Conseil de sécurité nationale.

Moon a entériné la décision après une discussion d'une heure avec les membres du comité, a fait savoir un autre responsable du bureau présidentiel.

Cette décision devrait affecter les partenariats de sécurité trilatérale en Asie de l'Est avec les Etats-Unis.

L'alliance Séoul-Washington restera intacte, a estimé l'officiel, et la fin de l'accord ne signifie pas l'arrêt de la coopération sécuritaire trilatérale, a-t-il souligné.

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page