Go to Contents Go to Navigation

(LEAD) La Corée du Nord dit avoir testé un nouveau lance-roquettes multiple de très grande taille

Corée du Nord 25.08.2019 à 11h21
La Corée du Nord a testé le samedi 24 août 2019 un nouveau lance-roquettes multiple de très grande taille sous la direction de son dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, rapporte le lendemain l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA). Cette photo montre Kim Jong-un assistant aux tirs et sa sœur cadette Kim Yo-jong (à droite). (Capture d'écran du site de la KCNA) (Utilisation en Corée du Sud uniquement et redistribution interdite)
La Corée du Nord a testé le samedi 24 août 2019 un nouveau lance-roquettes multiple de très grande taille sous la direction de son dirigeant Kim Jong-un, rapporte le lendemain l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA). (Capture d'écran du site de la KCNA) (Utilisation en Corée du Sud uniquement et redistribution interdite)

SEOUL, 25 août (Yonhap) -- La Corée du Nord a dit ce dimanche avoir testé avec succès la veille un «nouveau» lance-roquettes multiple de très grande taille sous la supervision du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un.

Kim a «supervisé samedi le tir d'essai d'un lance-roquettes multiple de très grande taille nouvellement développé», a indiqué l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA). «Le tir d'essai a montré que les spécifications tactiques et technologiques du système ont atteint correctement les indices préétablis.»

L'armée sud-coréenne a annoncé samedi que la Corée du Nord avait tiré deux projectiles présumés être des missiles balistiques à courte portée au large de sa côte est, ayant parcouru environ 380 km à une altitude maximale de 97 km.

Kim a qualifié la roquette de «grande arme» et a apprécié que «les jeunes scientifiques de la défense sont si intelligents qu'ils peuvent concevoir et compléter un système d'armement sans l'avoir jamais vu», selon la KCNA.

Kim a également parlé de la «nécessité de mener une campagne offensive invincible et d'intensifier le développement d'armes tactiques et stratégiques de style coréen pour déjouer résolument les menaces militaires toujours croissantes et la pression offensive des forces hostiles.»

Kim a désigné le 24 août comme une «bonne journée inoubliable», rappelant qu'il y a trois ans jour pour jour «nous avons réussi les tirs d'essai de quelques missiles balistiques stratégiques sous-marins que le monde n'avait jamais vu», faisant référence au tir de missiles mer-sol balistiques stratégiques.

La KCNA a rapporté que des hauts responsables du parti et des hauts gradés militaires, tels que Ri Pyong-chol et Kim Jong-sik, ont accompagné Kim. Les photos publiées par le Nord montrent également la présence de Kim Yo-jong, la soeur cadette de Kim, bien que celle-ci n'ait pas été mentionnée par la KCNA.

La Corée du Nord a publié ce dimanche plusieurs photos du tir, montrant le lance-roquettes multiple à quatre tubes de lancement monté sur un camion militaire.

Il s'agissait de la neuvième série de tirs d'essai cette année et la septième en seulement un mois depuis la fin juillet. Les derniers tirs nord-coréens avant cela avaient eu lieu le 16 août, à savoir deux projectiles présumés être des missiles à courte portée, bien que Pyongyang ait plus tard affirmé avoir testé une «nouvelle arme», sans fournir plus de détails.

Ces tirs visent à protester contre les exercices militaires conjoints entre la Corée du Sud et les Etats-Unis, qui préparent selon Pyongyang une invasion.

Plus tôt ce mois-ci, le président américain Donald Trump a déclaré que Kim a fait une «petite excuse» dans une lettre qu'il lui a adressée au sujet des tirs d'essai de missiles à courte portée et qu'il a promis que les essais s'arrêteront après la fin de l'exercice militaire.

Avec la fin de l'exercice la semaine dernière grandissait l'espoir de la reprise des pourparlers entre Washington et Pyongyang. La venue à Séoul de l'envoyé nucléaire américain Stephen Biegun la semaine dernière, qui a coïncidé avec la fin de l'exercice militaire, a également soulevé la possibilité de pourparlers.

La Corée du Nord a cependant redoublé de critiques envers la Corée du Sud et les Etats-Unis. Le ministre nord-coréen des Affaires étrangères Ri Yong-ho a publié vendredi une déclaration dans laquelle il a averti que confronter Pyongyang à des sanctions serait une erreur de calcul.

Ri a déclaré que Pyongyang est prêt à la fois pour le dialogue et l'impasse et que le Nord restera pendant longtemps «la plus grande menace» pour Washington si les Etats-Unis s'en tiennent à une position hostile. Il a vivement critiqué le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo, son possible homologue lors des pourparlers, et l'a appelé «la toxine irréductible de la diplomatie américaine» qui entrave les pourparlers entre les deux pays.

La critique est intervenue un jour après qu'un porte-parole du ministère nord-coréen des Affaires étrangères a déclaré que la Corée du Nord n'a pas l'intention de reprendre le dialogue tant que la Corée du Sud et les Etats-Unis continuent de la menacer militairement, parlant de la décision de Séoul de déployer des avions de chasse américains de dernière génération.

Les pourparlers de dénucléarisation entre Washington et Pyongyang sont au point mort depuis l'échec de leur sommet en février à Hanoï.

Trump et Kim sont convenus de reprendre les pourparlers de niveau opérationnel dans les semaines qui ont suivi leur rencontre à la frontière intercoréenne le 30 juin. Les pourparlers devaient avoir lieu à la mi-juillet, mais ne se sont pas tenus dans un contexte de tensions provoquées par les récents tirs de missiles et de projectiles en Corée du Nord.

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page