Go to Contents Go to Navigation

Conflit commercial : 5.000 Mds de wons seront consacrés à des projets R&D

Science/Tech 28.08.2019 à 11h33
Kim Sung-soo, haut officiel du ministère de la Science et des TIC, annonce des mesures pour faire face aux restrictions d'exportation du Japon au complexe gouvernemental à Séoul, le mardi 27 août 2019.

SEJONG, 28 août (Yonhap) -- La Corée du Sud injectera plus de 5.000 milliards de dollars (4,1 milliards de dollars) pour soutenir les industries des pièces détachées et matériaux du pays jusqu'en 2022 dans le but de faire face aux restrictions d'exportation du Japon contre la quatrième économie d'Asie, réduire sa dépendance vis-à-vis des importations japonaises et accélérer la localisation de la production, ont annoncé mercredi les ministères du Commerce, de l'Industrie et de l'Energie et de la Science et des TIC.

Cette décision vise à stabiliser l'approvisionnement en pièces détachées, matériaux et équipements comme la Corée du Sud cherche à diminuer sa forte dépendance à l'égard des importations de matériaux japonais.

Selon le plan qui s'étalera de 2020 à 2022, le gouvernement projette de sélectionner d'ici à la fin de cette année plus de 100 matériaux, pièces détachées et équipements industriels clés pour encourager les projets R&D liés.

Le gouvernement aidera également à accélérer la mise en œuvre de trois projets R&D de 1.900 milliards de wons qui ont récemment reçu une exemption pour les études de faisabilité préliminaires.

«A travers des investissements stratégiques dans des projets de recherche et développement pour les matériaux, pièces détachées et équipements, (la Corée du Sud) réduira sa dépendance extérieure», a indiqué le ministère dans un communiqué.

Les produits feront l'objet d'aides sur mesure compte tenu de leur niveau technologique et de la possibilité de trouver des sources d'importation alternatives.

Le gouvernement n'a pas fourni de détails sur ces 100 articles, citant la confidentialité industrielle. Cependant, la Corée du Sud met l'accent depuis le début de cette année sur le développement des industries des puces mémoire, écrans, machines, automobile, électronique et chimique.

Afin de mettre en œuvre les investissements prévus, le gouvernement compte lancer un comité d'organisation conjoint en coopération avec le secteur privé, qui examinera les possibilités des projets d'investissement.

Les entreprises locales auront également l'accès aux établissements de recherche gérés par l'Etat pour effectuer des tests, selon le ministère.

Le mois dernier, le Japon a imposé des restrictions d'exportations de matériaux industriels clés contre la Corée du Sud. En outre, il a supprimé Séoul de sa liste des pays partenaires commerciaux dignes de confiance, décision entrée en vigueur plus tôt dans la journée.

Tokyo affirme que ses restrictions d'exportation sont attribuables au contrôle laxiste de la Corée du Sud sur ses exportations de matériaux sensibles.

La Corée du Sud, qui réfute la revendication du Japon, dit que la décision sans précédent de Tokyo est perçue comme des représailles contre les verdicts de la Cour suprême sud-coréenne qui a ordonné l'année dernière à des entreprises japonaises d'indemniser des victimes coréennes du travail forcé durant le régime colonial japonais (1910-1945).

Plus tôt ce mois-ci, le ministère du Commerce, de l'Industrie et de l'Energie, qui se prépare à déposer une plainte auprès de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), a entamé également le processus de retrait du Japon de sa liste des partenaires commerciaux méritant la confiance.

mjp@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page