Go to Contents Go to Navigation

Pyongyang propose à Washington une reprise des discussions à la fin du mois

Corée du Nord 10.09.2019 à 10h21
La première vice-ministre nord-coréenne des Affaires étrangères, Choe Son-hui. (Photo d'archives Yonhap)

SEOUL/WASHINGTON, 10 sept. (Yonhap) -- La Corée du Nord souhaite reprendre les négociations sur la dénucléarisation avec les Etats-Unis à la fin de septembre, a déclaré lundi la première vice-ministre nord-coréenne des Affaires étrangères, Choe Son-hui, en demandant que Washington vienne avec une nouvelle proposition acceptable.

Choe a fait cette déclaration dans un discours transmis par l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA), en ajoutant que les appels de Washington pour la reprise des discussions ont été pris en compte.

«Nous sommes disposés à nous asseoir avec la partie américaine pour des discussions complètes sur les enjeux que nous avons abordés à une date et un endroit à déterminer à la fin de septembre», a-t-elle dit.

Le président Donald Trump a dit plus tard aux journalistes qu'il a vu cette déclaration mais n'a pas donné de réponse franche.

«Nous allons voir ce qui se passe, mais je dis toujours que tenir des réunions est une bonne chose et pas une mauvaise chose», a dit Trump à la Maison-Blanche.

Cette proposition fait suite à l'entente conclue entre Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un lors de leur rencontre du 30 juin à la frontière intercoréenne pour redémarrer les discussions entre groupes de travail dans les semaines suivantes.

Les deux pays se trouvent dans l'impasse depuis que le sommet bilatéral au Vietnam au mois de février s'est terminé sans accord du fait de divergences sur l'étendue de la dénucléarisation de la Corée du Nord et l'allègement des sanctions des Etats-Unis.

Choe a dit que les Etats-Unis ont eu «suffisamment de temps» pour trouver une méthode de calcul que Kim a demandée dans un discours en avril.

«Je pense que les Etats-Unis viendront avec une proposition adaptée aux intérêts de la RPDC et des Etats-Unis et basée sur une méthode de calcul acceptable pour nous», a dit Choe.

La RPDC est le sigle du nom officiel de la Corée du Nord, République populaire démocratique de Corée.

«Si les Etats-Unis se tiennent encore une fois au scénario obsolète qui n'a rien à voir avec la nouvelle méthode de calcul lors de la négociation de travail entre la RPDC et les Etats-Unis obtenue avec tant d'efforts, les relations RPDC-Etats-Unis pourraient se terminer», a-t-elle ajouté.

Des officiels américains ont continué à appeler Pyongyang à revenir à la table des négociations malgré les tests de missiles balistiques de courte portée du régime en violation des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies.

Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a dit dimanche qu'il pensait que Trump serait «très déçu» si Kim ne revient pas à la table des négociations ou effectue des essais de missiles allant à l'encontre des accords qu'il ont passés.

«Nous n'avons aucune réunion à annoncer pour l'instant», a répondu le porte-parole du département d'Etat à une question de l'agence de presse Yonhap concernant la proposition du Nord.

Si les discussions entre groupes de travail reprennent, la partie américaine sera dirigée par le représentant spécial pour la Corée du Nord, Stephen Biegun, qui a appelé la semaine dernière la Corée du Nord à arrêter toutes les manifestations d'hostilité et revenir à la table des discussions.

Son homologue nord-coréen serait l'ancien ambassadeur de Corée du Nord au Vietnam, Kim Myong-gil.

Il y a également des spéculations disant que leurs discussions pourraient conduire à une réunion de haut niveau entre Pompeo et Ri Yong-ho, ministre nord-coréen des Affaires étrangères, en marge de l'Assemblée générale de l'ONU à New York à la fin de ce mois-ci. Mais il semble que Ri n'assistera pas à cet événement, selon des rapports de médias.

Le mois dernier, Ri a décrit Pompeo comme une «toxine conservatrice de la diplomatie américaine» après que celui-ci a déclaré que toutes les sanctions imposées contre la Corée du Nord seraient maintenues s'il n'y a pas de dénucléarisation.

eloise@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page