Go to Contents Go to Navigation

(4e LD) La Corée du Nord tire des projectiles de courte portée vers la mer de l'Est

Corée du Nord 10.09.2019 à 14h20
La Corée du Nord a testé le vendredi 16 août 2019 une nouvelle arme sous la supervision du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, rapporte le lendemain la Télévision centrale nord-coréenne (KCTV). Le projectile ressemble à un Tactical Missile System (ATACMS) de l'armée américaine, un missile sol-sol balistique. (Utilisation en Corée du Sud uniquement et redistribution interdite)

SEOUL, 10 sept. (Yonhap) -- La Corée du Nord a tiré mardi deux projectiles de courte portée vers la mer de l'Est depuis sa région ouest, a fait savoir l'armée sud-coréenne, quelques heures après que la nation communiste a proposé une reprise des discussions sur le nucléaire avec les Etats-Unis.

Les projectiles ont été tiré respectivement à 6h53 et 7h12 dans la direction est depuis la ville de Kaechon, dans la province du Pyongan du Sud, a indiqué le Comité des chefs d'état-major interarmées (JCS).

Les deux projectiles ont parcouru près de 330 km au-dessus de la péninsule, a dit le JCS, en refusant de confirmer si les deux projectiles sont retombés dans la mer de l'Est. Il a ajouté que les autorités du renseignement de la Corée du Sud et des Etats-Unis étaient en train d'analyser leur type exact.

Contrairement à d'habitude, le JCS n'a pas fourni d'information sur leurs vitesse et altitude maximales cette fois-ci. Il s'est contenté de dire qu'une analyse plus approfondie était nécessaire.

«Notre armée surveille de près la situation dans l'éventualité de lancements supplémentaires et maintient une posture prête», a dit le JCS, en appelant Pyongyang «à arrêter immédiatement ces actes qui font augmenter les tensions».

En réponse aux lancements de projectiles de la Corée du Nord, une réunion du Conseil de sécurité nationale (NSC) dirigée par Chung Eui-yong, chef du Bureau de la sécurité nationale, s'est tenue mardi pour discuter de la question.

A Washington, un haut officiel du gouvernement américain a dit qu'il était au courant de ces nouveaux lancements de missiles et surveillait de près la situation en coopération avec les alliés.

Le lancement est intervenu seulement quelques heures après que la première vice-ministre nord-coréenne des Affaires étrangères, Choe Son-hui, a exprimé l'intention de Pyongyang de reprendre les discussions sur la dénucléarisation avec les Etats-Unis à la fin de septembre et a demandé que Washington vienne avec une nouvelle proposition acceptable.

Les tirs d'aujourd'hui pourraient avoir pour but de renforcer le pouvoir de négociation de Pyongyang avant la reprise des pourparlers nucléaires qui sont dans l'impasse depuis la rupture du sommet en février entre le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un et le président américain Donald Trump.

Il s'agit de la 10e série de lancements cette année à travers lesquels Pyongyang a testé un nouveau type de missile ou lance-roquettes multiple pour protester contre l'exercice militaire conjoint de Séoul et Washington. Le régime nord-coréen a procédé à des lancements le 24 août et a dit avoir testé un nouveau lance-roquettes multiple de «très grande taille».

«Vu que les projectiles ont été tirés depuis la région ouest, il semble que la Corée du Nord a effectué des tirs d'armes qu'elle a déjà testées auparavant», a dit Kim Dong-yup, professeur de l'Institut pour les études de l'Extrême-Orient (IFES) de l'université de Kyungnam.

La Corée du Nord effectue d'une manière générale des tirs d'essai en direction de la mer de l'Est depuis la région est. Ensuite, après avoir atteint un certain niveau de confiance, elle les amène dans les régions ouest pour des lancements supplémentaires, a ajouté Kim.

Durant les neuf précédentes séries d'essais, la Corée du Nord aurait montré quatre nouveaux types d'arme : ses versions du missile balistique russe Iskander et du missile américain ATACMS (Army Tactical Missile System), ainsi qu'un «nouveau système de roquettes guidées de gros calibre à partir de lanceurs multiples» de 400 mm semble-t-il et un lanceur géant.

Quant à sa version de l'Iskander, le Nord a effectué des essais au moins à cinq reprises jusqu'à présent, dont les tirs depuis Kusong, dans la région du nord-ouest, vers la mer de l'Est.

Même si Trump dédramatise les essais de missiles de courte portée de la Corée du Nord, des préoccupations ont fait leur apparition sur les armes, comme elles sont capables d'atteindre presque toutes les parties de la péninsule coréenne.

«Avec les discussions sur la dénucléarisation, Pyongyang semble chercher à moderniser son système d'armes conventionnelles vieux de plusieurs décennies», a indiqué Kim, en ajoutant que ce serait une manière efficace pour le pays d'intensifier ses menaces contre la Corée du Sud et ses alliés.

Le mois dernier, le dirigeant nord-coréen a envoyé une lettre au président Donald Trump et a promis d'arrêter ce genre d'actes militaires lorsque l'exercice militaire conjoint se terminera. Séoul et Washington ont achevé leur exercice le mois dernier mais la Corée du Nord a poursuivi les lancements.

eloise@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page