Go to Contents Go to Navigation

(LEAD) Conflit commercial avec le Japon : la Corée du Sud dépose une plainte auprès de l'OMC

Economie 11.09.2019 à 14h37

SEOUL, 11 sept. (Yonhap) -- La Corée du Sud a déposé mercredi une plainte auprès de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) en raison des récentes restrictions d'exportation du Japon qui ont entraîné des tensions commerciales sans précédent entre Séoul et Tokyo.

Cette plainte survient plus de deux mois après que Tokyo a imposé en juillet des restrictions sur les exportations vers la Corée du Sud de trois matériaux industriels essentiels à la production de puces mémoire et d'écrans, pouvant toucher fortement les industries technologiques sud-coréennes.

«La Corée du Sud a décidé de déposer une plainte auprès de l'OMC au sujet des restrictions d'exportation du Japon contre trois matériaux vitaux pour puces et écrans», a déclaré la ministre chargée des négociations commerciales, Yoo Myung-hee, lors d'un point de presse.

«La mesure (du Japon) est un acte discriminatoire qui vise directement la Corée du Sud et elle a été politiquement motivée suite à des verdicts de notre tribunal sur le travail forcé (des travailleurs coréens durant le régime colonial japonais)», a-t-elle ajouté.

Yoo Myung-hee, la ministre chargée des négociations commerciales, annonce la décision de saisir l'Organisation mondiale du commerce en raison des restrictions d'exportation japonaises vers la Corée du Sud pour trois matériaux clés dans la production de semi-conducteurs et d'écrans, le mercredi 11 septembre 2019, au complexe gouvernemental à Séoul.

La décision soudaine de Tokyo est largement vue comme un acte de représailles contre les verdicts rendus l'année dernière par la Cour suprême sud-coréenne qui a ordonné à des entreprises japonaises d'indemniser des victimes coréennes du travail forcé durant le régime colonial japonais brutal (1910-1945).

Cependant, le Japon affirme que toutes les questions concernant les réparations ont été réglées quand les deux pays ont normalisé leurs liens diplomatiques en 1965, même si le tribunal a statué que les droits individuels à réclamer des dommages-intérêts sont toujours valides.

Malgré la forte protestation de la Corée du Sud, le Japon a retiré le 28 août la quatrième économie d'Asie de sa liste des partenaires commerciaux préférentiels, une décision qui soumet plus de 1.000 matériaux industriels à des régulations d'exportation plus strictes.

Le Japon a cité un contrôle laxiste de la Corée du Sud sur ses exportations de matériaux sensibles susceptibles d'être utilisés à des fins militaires mais il n'a pas donné de preuves concrètes à la demande de Séoul.

La Corée du Sud a averti le Japon qu'elle déposerait une plainte auprès de l'OMC peu après que Tokyo a appliqué les restrictions d'exportation pour trois matériaux en juillet. Elle affirme que le gouvernement japonais a violé l'article 11 de l'Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT) interdisant les restrictions sur les volumes d'exportations à moins que les produits aient un impact considérable sur la sécurité nationale.

«Le Japon a aussi violé son obligation de respecter les règles commerciales cohérentes, justes et raisonnables en réglementant le commerce pour des raisons politiques», a souligné Yoo.

Avec le dépôt de cette plainte auprès de l'OMC, la Corée du Sud et le Japon devront tenir des discussions bilatérales pour résoudre la question au cours des deux prochains mois, selon le ministère du Commerce, de l'Industrie et de l'Energie. Si les deux pays échouent à combler leurs divergences d'opinions, l'Organe de règlement des différends de l'OMC établira un panel pour examiner de manière plus détaillée le cas. L'ensemble de cette procédure pourrait prendre plus de trois ans, ont estimé des experts.

Depuis ses restrictions d'exportation au début de juillet, le Japon a autorisé seulement trois expéditions d'articles réglementés vers la Corée du Sud, deux pour la résine photosensible et une pour le gaz de gravure.

La résine photosensible est une fine couche permettant de transférer un motif de circuit sur le substrat semi-conducteur et le gaz de gravure est nécessaire au processus de fabrication de semi-conducteurs.

Cependant, le dépôt de la plainte ne concerne pas l'exclusion de la Corée du Sud par le Japon de sa liste des partenaires commerciaux dignes de confiance.

«Nous nous sommes efforcés de nous concentrer sur les questions urgentes d'abord. Cependant, l'étendue de la plainte pourra être accrue selon les circonstances», a dit un officiel du ministère.

Par ailleurs, la Corée du Sud prévoit à son tour de supprimer la semaine prochaine le Japon de sa liste des partenaires commerciaux préférentiels.

La décision de Séoul de réviser sa propre liste blanche n'affectera pas le dépôt de sa plainte auprès de l'OMC, car les deux cas se sont produits pour différents motifs, a dit un autre officiel du ministère.

La Corée du Sud compte classer ses partenaires commerciaux en trois groupes, contre deux à présent, en plaçant le Japon dans une catégorie intermédiaire rassemblant les pays qui «opèrent un système de contrôle d'exportation violant les normes internationales».

mjp@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page