Go to Contents Go to Navigation

Pour Trump, ce n'est pas encore le moment d'effectuer une visite en Corée du Nord

Actualités 17.09.2019 à 09h27

WASHINGTON, 16 sept. (Yonhap) -- Le président américain Donald Trump a déclaré lundi que ce n'était pas encore le bon moment pour lui de se rendre à Pyongyang après qu'un journal a rapporté que le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un l'a invité pour ce qui serait leur troisième sommet.

Trump a dit la semaine dernière qu'il rencontrerait Kim à nouveau «à un moment donné» cette année.

Le quotidien sud-coréen JoongAng Ilbo a rapporté hier que Kim a invité Trump à Pyongyang dans une lettre envoyée en août.

Le président américain Donald Trump prend la parole lors d'une rencontre avec le prince du Bahreïn, Salman ben Hamad ben Issa al- Khalifa, à la Maison-Blanche à Washington, le lundi 16 septembre 2019. (AFP=Yonhap)

«Je ne veux pas faire de commentaires sur cela», a répondu Trump à des journalistes à la Maison-Blanche à la question de savoir s'il a été invité ou pas.

Quant à sa volonté d'aller en Corée du Nord, il a dit : «Probablement non. Je ne pense pas que ce soit prêt. Je ne pense pas que nous soyons déjà prêts pour cela. J'irai un jour, à un moment donné dans un futur plus lointain.»

Trump et Kim ont eu trois réunions pour négocier sur le démantèlement du programme d'armes nucléaires de la Corée du Nord en échange de concessions économiques et politiques des Etats-Unis.

«Selon ce qui se passe, je suis sûr qu'il aimerait bien venir aux Etats-Unis également mais, non, je ne pense pas que ce soit prêt pour cela», a dit Trump à propos de Kim. «Je pense que nous avons un chemin à parcourir encore.»

Leur premier sommet s'est tenu en juin 2018 à Singapour et le deuxième en février dernier au Vietnam sans aboutir à un accord. La troisième rencontre impromptue, le 30 juin dans la Zone démilitarisée (DMZ) à la frontière intercoréenne, a vu l'établissement d'une entente pour relancer les négociations de niveau opérationnel qui n'ont toutefois pas eu lieu.

Les deux parties présentent des opinions différentes sur l'étendue de la dénucléarisation du Nord et sur la levée des sanctions et les garanties de sécurité de la part des Etats-Unis.

La semaine dernière, la première vice-ministre nord-coréenne des Affaires étrangères, Choe Son-hui, a proposé de tenir des discussions à la fin de septembre mais a demandé aux Etats-Unis de venir avec une nouvelle proposition acceptable pour Pyongyang.

Hier, le directeur général du département des affaires américaines du ministère nord-coréen des Affaires étrangères a appelé les Etats-Unis à éliminer l'intégralité des «menaces et obstacles» avant la reprise des discussions sur la dénucléarisation.

«Nous saluons l'engagement nord-coréen à reprendre les négociations à la fin de septembre», a dit un porte-parole du département d'Etat américain à l'agence de presse Yonhap, en ajoutant qu'il n'y a aucune réunion à annoncer pour l'instant. «Nous sommes disposés à avoir ces discussions à un moment et un endroit à déterminer.»

mjp@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page