Go to Contents Go to Navigation

Séoul met en garde contre le danger de l'éventuel rejet d'eaux contaminées de Fukushima

Actualités 17.09.2019 à 10h20

SEOUL/GENEVE, 17 sept. (Yonhap) -- La délégation sud-coréenne a mis en garde lundi la communauté internationale contre le danger de l'éventuel déversement en mer d'eaux contaminées de la centrale nucléaire de Fukushima.

«Nous sommes dans une situation où la question du traitement des eaux contaminées de la centrale nucléaire de Fukushima n'a toujours pas de solution après l'accident», a déclaré Mun Mi-ock, vice-ministre de la Science et des TIC, dans un discours prononcé à la conférence générale de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) qui se déroule actuellement à Vienne, en Autriche.

«Un haut officiel du gouvernement japonais a récemment évoqué l'inéluctabilité d'une évacuation en mer comme un moyen de traiter les eaux contaminées de la centrale», a-t-elle rappelé.

«Si (le Japon) décide d'un rejet en mer pour traiter les eaux contaminées de la centrale, l'AIEA et ses pays membres doivent remplir ensemble leur rôle, ceci étant une question internationale grave susceptible d'avoir des impacts sur l'environnement marin à l'échelle planétaire», a noté Moon avant d'appeler l'AIEA à jouer un rôle actif avec le Japon sur cette question comme elle a déployé des efforts communs avec Tokyo après l'accident nucléaire.

Mun a proposé concrètement de faire un état des lieux de la centrale nucléaire et le point sur les eaux contaminées ainsi que d'effectuer une évaluation scientifique et objective de leurs impacts sur l'écosystème avant d'élaborer des normes et mesures de traitement des eaux contaminées de la centrale dont la communauté internationale peut s'assurer de la sûreté.

Le gouvernement a envoyé plus tôt ce mois-ci à l'AIEA une lettre exprimant ses fortes préoccupations et demandant de jouer un plus grand rôle pour résoudre ce problème.

Après le séisme qui a provoqué la catastrophe nucléaire en mars 2011 dans le nord-est de l'île de Honshu, le Japon est en train d'accumuler dans la centrale des eaux contaminées dont le volume a atteint 1,15 million de tonnes à la fin de juillet. Tokyo les décrit comme des eaux traitées mais il y a toujours des traces de substances radioactives comme du tritium.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page