Go to Contents Go to Navigation

De nouvelles mesures pour faire face à la diminution de la population

National 18.09.2019 à 16h23
Le ministre de l'Economie et des Finances Hong Nam-ki prend la parole le mercredi 18 septembre 2019 lors d'une réunion au complexe gouvernemental à Séoul.

SEOUL, 18 sept. (Yonhap) -- Le gouvernement a dévoilé ce mercredi une nouvelle série de mesures destinées à faire face aux défis démographiques dans des domaines allant de l'armée à l'éducation sur fond de vieillissement rapide de la population de la quatrième économie d'Asie du fait de son faible taux de natalité.

L'année dernière, le taux de fécondité, le nombre moyen d'enfants qu'une femme est susceptible d'avoir au cours de sa vie, est tombé à son plus bas de 0,98, très en-deçà du seuil de remplacement de 2,1 qui permettrait à la Corée du Sud de maintenir sa population de 51 millions d'habitants.

Statistique Corée (KOSTAT) prévoit que la population du pays sera de 39 millions d'habitants en 2067, en forte baisse par rapport aux 51,7 millions estimés pour cette année.

L'agence a noté que les personnes âgées de 65 ans ou plus pourraient représenter 46,5% de la population totale du pays, un bond par rapport aux 14,9% de cette année.

Les défis démographiques «posent une grave menace qui affecte le potentiel de croissance et la croissance durable de la Corée du Sud», a averti Hong Nam-ki, ministre de l'Economie et des Finances, lors d'une réunion avec des officiels à Séoul.

La diminution en vue de la population amène le gouvernement à améliorer son système pour s'assurer des effectifs militaires et à revoir celui de la formation des enseignants.

Le nombre de personnes qui auront l'obligation de servir dans l'armée devrait diminuer à 230.000 en 2025 avant de tomber à moins de 200.000 au-delà de 2037, contre 350.000 l'année dernière.

Le gouvernement projette de réduire le nombre de soldats effectuant leur service militaire obligatoire en réformant l'armée de sorte à utiliser des technologies comme des drones militaires et satellites de reconnaissance.

La Corée du Sud projette de réduire ses effectifs militaires à 500.000 d'ici 2022 par rapport aux 599.000 en 2018, selon le livre blanc sur la défense publié en janvier dernier. A titre de comparaison, le livre a estimé les effectifs militaires du Nord à 1,28 million d'hommes.

Le gouvernement envisage aussi de rendre obligatoire le service militaire pour les Sud-Coréens naturalisés.

Le nombre d'étrangers faisant l'acquisition de la nationalité sud-coréenne dépasse 10.000 par an : 11.270 en 2013, 10.924 en 2015 et 10.086 en 2017, selon les données du gouvernement.

Séoul compte également revoir le nombre d'enseignants en formation dans un contexte de diminution des élèves dans les écoles.

Le nombre des 6-21 ans devrait diminuer à 6 millions en 2030 par rapport aux 8,46 millions recensés en 2017.

Par ailleurs, le gouvernement a dit envisager aussi de mettre en place un système qui obligerait les entreprises à prolonger l'emploi des salariés au-delà de l'âge de départ à la retraite actuellement fixé à 60 ans.

Le système permettrait aux sociétés de choisir entre deux options : soit réembaucher les employés ou reculer ou abolir l'âge de départ à la retraite.

Le gouvernement a mis de côté 19,2 milliards de wons (16,1 millions de dollars) dans son budget 2020 pour accorder des incitations aux entreprises qui embauchent des personnes âgées de 60 ans ou plus pendant plus d'un an.

En 2013, la Corée du Sud a révisé une loi pour reculer l'âge de départ à la retraite à 60 ans contre 58 ans précédemment.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page