Go to Contents Go to Navigation

Rodong Sinmun : le MSBS est une «bombe à retardement» pour les ennemis du Nord

Corée du Nord 04.10.2019 à 11h25

SEOUL, 04 oct. (Yonhap) -- Le Rodong Sinmun a affirmé ce vendredi que le tir d'essai de missile mer-sol balistique stratégique (MSBS) d'un nouveau type cette semaine constituait une «déclaration sérieuse» adressée aux forces hostiles, qualifiant l'arme de «bombe à retardement» et de «poignard le plus redoutable» pour les ennemis.

La Corée du Nord a déclaré hier que le tir d'essai de Pukguksong-3 un jour plus tôt avait été un succès, ajoutant qu'il «a inauguré une nouvelle phase pour contenir la menace des forces extérieures» contre l'Etat communiste.

Il s'agissait du 11e test balistique du Nord jusqu'à présent cette année et du premier lancement de MSBS depuis août 2016. Le tir précède également la reprise des pourparlers nucléaires avec Washington ce week-end, dans le but apparent d'accroître son pouvoir de négociation.

Le journal officiel nord-coréen Rodong Sinmun rapporte le jeudi 3 octobre 2019 que la Corée du Nord a réussi la veille un tir d'essai de missile mer-sol balistique stratégique (MSBS) d'un nouveau type, «Pukguksong-3». Il publie au total 12 photos à la Une et sur la deuxième page. (Utilisation en Corée du Sud uniquement et redistribution interdite)

«Le Pukguksong n'est pas simplement une démonstration de notre arme conventionnelle, mais une déclaration puissante adressée au peuple coréen (du Nord) et une déclaration sérieuse adressée aux réactionnaires violents déterminés à inverser le cours de l'histoire», a publié le journal officiel nord-coréen.

«Le Pukguksong observe maintenant les forces hostiles qui gambadent dans des cavernes sombres. C'est une bombe à retardement accrochée derrière leur dos et le poignard le plus redoutable qui détruira tous les ennemis», a-t-il ajouté.

Le programme de MSBS de Pyongyang est considéré comme l'une des plus grandes menaces pour les Etats-Unis et leurs alliés, car il pourrait accroître la portée des missiles nucléaires nord-coréens. De plus, une telle arme est difficile à détecter à l'avance avant sa sortie de l'eau.

Le président des Etats-Unis, Donald Trump, a minimisé les précédents tests de projectiles à courte portée du Nord, affirmant que le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un ne rompait pas sa promesse de ne pas tester d'armes nucléaires et balistiques à longue portée. Trump n'a cependant pas commenté le dernier test de MSBS.

La Corée du Nord et les Etats-Unis reprendront leurs négociations de dénucléarisation de niveau opérationnel ce samedi après un arrêt des pourparlers depuis le sommet sans accord de février entre Trump et Kim. Les deux parties tiendront probablement vendredi un contact préliminaire pour les négociations à Stockholm.

as26@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page