Go to Contents Go to Navigation

Le ministre de la Justice dévoile les grandes lignes de la réforme du Parquet

National 08.10.2019 à 17h10
Le ministre de la Justice Cho Kuk annonce les grandes mesures en vue de la réforme du Parquet, le mardi 8 octobre 2019, au complexe gouvernemental à Gwacheon.

SEOUL, 08 oct. (Yonhap) -- Le ministre de la Justice Cho Kuk a dévoilé ce mardi une série de mesures pour la réforme du Parquet visant à améliorer les procédures d'enquête et mieux respecter les droits de l'Homme.

La présentation est intervenue environ un mois après que Cho a été nommé ministre malgré la polémique autour de l'enquête des procureurs sur des allégations de corruption impliquant sa famille.

«En gardant à l'esprit l'aspiration du peuple que la réforme du Parquet est une nécessité urgente, le ministère de la Justice et moi-même travaillons en disant qu'il n'existe pas de prochaine fois», a dit Cho lors d'un point de presse au siège du ministère à Gwacheon, juste au sud de Séoul.

Dans le cadre de ces mesures, le ministère réduira la portée des enquêtes des procureurs et réorganisera le Parquet de manière à élargir le rôle des unités chargées des enquêtes criminelles et des affaires ayant des liens avec les procès.

Au mois d'octobre, le gouvernement s'efforcera de dissoudre les unités d'investigation spéciales du Parquet qui se concentrent principalement sur les enquêtes de corruption des hauts officiels, dans tous les bureaux des procureurs à travers le pays, sauf les trois principales.

Il surveillera également les pratiques d'investigation controversées de façon à mieux protéger les droits de l'Homme.

Pour aller dans ce sens, les longs interrogatoires jusqu'à tard dans la nuit seront interdits et les convocations des suspects et témoins seront également réduits au minimum, selon Cho.

Le ministre projette également de renforcer la surveillance sur le Parquet et ses affaires administratives.

Cette initiative intervient alors que l'organisme d'investigation se trouve souvent face à des critiques du public à cause de son abus du pouvoir en faveur de ceux ayant aussi le pouvoir pour leurs propres intérêts.

Cho, ancien conseiller présidentiel aux affaires civiles, est considéré comme une personne clé pour la réforme du Parquet souhaitée par le président Moon Jae-in.

Lorsqu'il travaillait au bureau présidentiel Cheong Wa Dae, Cho a participé à la préparation de projets visant à créer une unité indépendante pour enquêter sur les allégations de corruption visant de hauts officiels et à donner plus d'indépendance à la police pour mener des investigations.

Actuellement, les procureurs sud-coréens monopolisent le droit de poursuivre et de terminer les investigations criminelles.

Le projet de loi concernant cette réforme est en suspens à l'Assemblée nationale depuis son dépôt à la fin du mois d'avril.

Par ailleurs, Cho est actuellement au centre d'un scandale politique comme le Parquet se penche sur des allégations de corruption impliquant des membres de sa famille concernant notamment des investissements douteux dans un fonds privé.

Le Parquet, dirigé par le procureur général Yoon Seok-youl, a effectué des perquisitions à la résidence privée de Cho et dans des établissements concernés et a enquêté sur l'épouse de Cho, accusée d'avoir falsifié un document universitaire.

Les soutiens de Cho ont organisé des veillées à la bougie dans le sud de Séoul, en appelant à la réforme complète du Parquet et en demandant la fin de l'enquête à des fins politiques.

Le président Moon a ordonné le 30 septembre au Parquet de dresser des mesures concrètes pour une réforme interne, un message d'avertissement adressé à Yoon pour protester contre l'investigation sur la famille de Cho.

Depuis, le Parquet a présenté ses propres mesures de réforme qui consistent à améliorer les pratiques contestées telles que les convocations publiques, la mise en place de zones pour les photos et la publication des détails des enquêtes.

eloise@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page