Go to Contents Go to Navigation

La marine veut se doter de sous-marins nucléaires pour consolider ses capacités d'autodéfense

Actualités 10.10.2019 à 16h18

SEOUL, 10 oct. (Yonhap) -- La marine sud-coréenne a annoncé ce jeudi qu'elle dirigeait un groupe de travail pour la construction éventuelle de sous-marins à propulsion nucléaire dans le cadre d'efforts visant à renforcer sa dissuasion nucléaire et à consolider ses capacités de défense.

«Avec la perspective à long terme d'avoir des sous-marins à propulsion nucléaire, nous avons mis sur pied notre propre groupe de travail», a déclaré un responsable militaire dans un rapport présenté aux députés lors d'un audit parlementaire.

«Comme l'affaire sera tranchée conformément aux politiques nationales, la marine collaborera étroitement avec le ministère de la Défense et les chefs d'état-major», a-t-il ajouté.

La Corée du Sud a fait pression en 2003 pour construire de tels sous-marins en coulisse dans le cadre de son programme de renforcement militaire à long terme, mais a suspendu le projet environ un an plus tard après sa révélation dans un article de presse.

Puis en 2017, le ministère de la Défense a mené des recherches sur le sujet par le biais d'entités privées, ce qui a amené les militaires à percevoir la nécessité de cet actif, selon des officiers de la marine.

«Faire fonctionner le groupe de travail ne signifie pas que la marine s'engage sérieusement dans des projets connexes. Rien n'a encore été décidé. Il s'agit principalement de collecter des informations à ce sujet», a tempéré un officier de la marine.

Certains experts et députés ont appelé à la construction d'un sous-marin à propulsion nucléaire, considéré comme l'un des moyens militaires les plus utiles à exploiter sur la péninsule coréenne pour contrer les menaces non seulement de la Corée du Nord, mais également des pays voisins.

Certains spéculent sur le fait que l'armée pourrait vouloir développer son sous-marin Chang Bo Go-III de 3.000 tonnes en sous-marin à propulsion nucléaire. Actuellement, le pays est en train de mener à bien un projet de construction de sous-marin autochtone de 3.000 tonnes d'ici 2031, avec un processus de développement de son système qui devrait véritablement commencer cette année.

«Un sous-marin à propulsion nucléaire est considéré comme le moyen le plus efficace pour détecter et détruire les sous-marins nord-coréens armés de missiles mer-sol balistiques stratégiques (MSBS), car il est capable de mener des opérations sous l'eau pendant une période plus longue», a mis en avant le chef des opérations navales, l'amiral Sim Seung-seob.

«Nous reconnaissons l'utilité et la nécessité d'un sous-marin à propulsion nucléaire, car il s'agit d'une force de dissuasion utile pour réagir simultanément à la Corée du Nord et aux pays voisins», a-t-il affirmé.

Ces dernières années, la Corée du Nord a renforcé ses capacités sous-marines en développant ses sous-marins vieillissants et en améliorant ses MSBS. Plus tôt ce mois-ci, il a testé son missile Pukguksong-3, qui aurait une autonomie de vol plus longue que la version précédente, le Pukguksong-1.

En juillet, le Nord a également présenté un nouveau sous-marin qui semble être plus grand qu'un navire de 2.500 tonnes et capable de transporter trois MSBS.

Actuellement, la Corée du Nord posséderait 70 sous-marins. La plupart d'entre eux sont cependant connus pour être dépassés et impropres à des opérations au-delà des eaux côtières.

Cette photo d'archives postée sur le site Internet de le commandement de l'US Pacific montre le sous-marin d'attaque USS Tucson se dirigeant vers Jinhae sur la côte sud de la Corée du Sud, le 6 avril 2016. (Revente et archivage interdits)

as26@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page